25 mars 2021
Revirement
Par: Vincent Guilbault

Vincent Guilbault

Nouvelle proposition : le terrain de golf racheté en totalité par la Ville, jumelé à un bail avec le Club de golf Belœil pour lui permettre d’offrir ses activités l’été. Le reste de l’année, le terrain laisse place à un parc au bénéfice des citoyens. Je crois que beaucoup, comme moi, ont été surpris de la proposition.

Publicité
Activer le son

La position des élus étonne puisqu’elle ne ressemble en rien aux propositions originales. Donc, pas de projet de résidence sur le terrain; pas de rachat du terrain par la Ville pour en faire un parc; finalement, pas de statu quo en laissant le Club de golf Beloeil seul avec ses difficultés financières. Je vous invite à lire le compte-rendu de ma collègue.

Nous nous attendions à ce que les élus acceptent la demande de modification de zonage et que le projet soit soumit à un processus de registre et d’approbation référendaire. En fait, les élus ont affiché une position de neutralité depuis le début. On pensait qu’ils laisseraient aux voisins du golf la responsabilité de trancher sur la viabilité du projet de résidence sur le terrain.

La Ville a finalement fait preuve de leadership, et je dois m’en réjouir. Et je précise, je ne me réjouis pas de la décision puisque les différentes options pouvaient se défendre. Je salue la prise de position de la Ville. Oui, les élus utilisent les arguments soumis par le comité consultatif d’urbanisme pour justifier leur décision, notamment en soulevant que le bâtiment proposé ne s’intègre pas bien et que sa construction soulève des questions d’agencement avec le quartier. Mais la Ville aurait pu seulement demander au promoteur du projet, Habitations Mont-Royal, de retourner à la table à dessin. Mais non, la Ville a décidé qu’elle voulait la préservation d’un espace vert.

Les élus proposent finalement une option provenant du champ gauche. Bon, pas tout à fait champ gauche; l’acquisition d’un terrain, puis la signature d’un bail emphytéotique avec un club de golf n’est pas une première au Québec. L’arrondissement de Verdun a conclu une entente en 2006 pour l’aménagement d’un terrain de golf municipal à L’Île-des-Sœurs et pour laisser la gestion du terrain à l’entreprise Golf Exécutif Montréal. Je ne me fais pas prophète de malheur, au contraire, mais soulignons que l’entente entre les deux parties a pas mal viré au vinaigre. Croisons les doigts pour ici.

Croisons les doigts, car rien n’indique que le Golf va accepter l’entente. Mais la Ville a quand même un argument de taille. Le Golf saigne financièrement. On verra bien dans les prochaines semaines la position du Club. Va-t-il voir dans la proposition de la Ville une entente « gagnante-gagnante », comme le souligne la mairesse Diane Lavoie?

Ceci dit, je dois saluer les élus d’avoir pris la peine d’écouter la population. Même si plusieurs opposants ont critiqué durement la forme de la consultation, force est d’admettre que la Ville a écouté tous les intervenants.

Aussi, le petit stratège politique en moi doit féliciter la mairesse Diane Lavoie d’avoir demandé à chacun des conseillers municipaux de se prononcer sur la décision de la Ville. Cette façon de faire efface toute trace d’ambiguïté quant à la position des conseillers, qui se sont tous rangés derrière la décision. Elle évacue aussi en bonne partie le débat du golf des prochaines élections. Je ne crois pas nécessairement au calcul politique, mais c’est sûrement à l’avantage de la mairesse sortante, qui affrontera pour son siège les conseillers Luc Cossette et Réginald Gagnon, qui pourront difficilement critiquer la Ville d’avoir mal géré le dossier. Quoique, je parle peut-être trop vite, rien n’est encore réglé

image