24 mars 2021
Le projet de résidence pour aînés tombe à l’eau
Belœil veut acheter le terrain du golf
Par: Sarah-Eve Charland

En plus des recommandations du CCU, les élus ont pris en considération la mobilisation des citoyens, comme celle de la marche du 20 mars, afin de prendre leur décision. Photo François Larivière | L’Œil Régional ©

En plus des recommandations du CCU, les élus ont pris en considération la mobilisation des citoyens, comme celle de la marche du 20 mars, afin de prendre leur décision. Photo François Larivière | L’Œil Régional ©

Le projet de résidence pour aînés sur le terrain de golf a été rejeté d’un revers de la main lundi soir. Les élus ont voté en bloc contre ce projet. Ils en ont profité pour proposer d’acquérir l’ensemble du terrain et de l’offrir en location au Club de golf Belœil afin d’assurer sa pérennité et de répondre aux attentes des citoyens visant à préserver l’espace vert.

Publicité
Activer le son

Le projet particulier de construction, de modification ou d’occupation d’immeuble (PPCMOI) du promoteur Les Habitations Mont-Royal devait être traité en séance du conseil du 22 mars. Le comité consultatif d’urbanisme (CCU) a recommandé de refuser le projet après son étude parce que la construction serait trop haute, trop volumineuse et ne s’intégrerait pas dans le quartier. Le CCU considère aussi que le projet présentait des enjeux de sécurité au niveau des entrées pour les voitures. La recommandation a été entérinée par les membres du conseil.

« En considérant les limites où le promoteur était capable d’aller pour assurer une rentabilité, c’est sûr qu’il y avait un gros malaise par rapport à l’endroit où il était installé, la façon dont il était configuré et le débarcadère. Au final, ça s’est avéré plus facile à prendre comme décision », ajoute la conseillère municipale du district du Golf, Renée Trudel.

L’ensemble du conseil s’est prononcé en accord avec la résolution de rejeter le PPCMOI. Les élus ont mentionné que la mobilisation citoyenne avait joué dans la décision. Rappelons que la Ville a reçu des centaines d’avis et de mémoires en octobre pendant la consultation publique. De plus, le 20 mars, près de 400 personnes ont marché autour du terrain de golf pour demander à la Ville d’acquérir le terrain pour en faire un parc nature.

Selon les résultats du sondage commandé par la Ville à l’automne, 48 % des répondants se disaient en faveur du changement de zonage. Pour les élus, ces résultats n’étaient pas une démonstration claire d’une acceptabilité sociale.

Le porte-parole du Mouvement citoyen – Parc nature Beloeil, Yves Deshaies, savourait la victoire au lendemain de l’annonce. « Nous avons de bonnes raisons d’être heureux. On se rappelle, en janvier, quand le conseil annonçait qu’il n’y aurait pas de deuxième phase de consultation, on avait un peu d’inquiétude. On avait la certitude qu’on s’en allait vers un référendum [si le processus du PPCMOI se poursuivait] et personne au conseil de ville ne voulait aller dans cette direction. »

Selon le président du CCU, Jean-Yves Labadie, le projet présenté était intéressant, mais n’était pas proposé au bon endroit.

Renée Trudel et la mairesse Diane Lavoie mentionnent avoir proposé depuis le début du dossier des solutions au Club de golf, mais ce dernier ne démordait pas de sa volonté d’aller au bout du processus réglementaire. « On a fait le processus. On a traité le dossier. L’important était de traiter le dossier. Le CCU l’a vu et s’est positionné », ajoute Mme Lavoie.

Acquérir le terrain

La Ville prévoit entamer des négociations avec le Club de golf afin de signer une entente qui pourrait prendre la forme d’une acquisition du terrain par la Ville. Le terrain serait mis à la disposition du Club par le biais d’un bail pour qu’il l’exploite pendant la saison de golf. La Ville utiliserait le terrain comme parc pendant la saison morte.

« Le Club de golf Beloeil nous a toujours dit, depuis le début de cette démarche, que leur objectif est de sauver le Club afin d’y poursuivre ses activités de golf. L’acquisition du terrain par la Ville, suivie d’une emphytéose pour un usage golf en période estivale, rencontre tant les critères de nos citoyens qui souhaitent préserver l’espace vert que ceux du golf qui souhaitent, selon leurs propos, continuer à jouer au golf », précise Mme Lavoie.

« On sait que c’est un dur coup pour le Club de golf, poursuit Mme Trudel. On espère qu’ils vont bien comprendre l’ouverture qu’on a pour poursuivre les négociations. Dans notre réflexion, on a pris en compte, entre autres, toutes les préoccupations, la planification stratégique, nos valeurs, la préoccupation du Golf et la situation précaire du Golf. On espère avoir une suite et pouvoir discuter avec le Golf. »

La Ville n’a toutefois pas voulu s’avancer sur les modalités financières pour une éventuelle acquisition du terrain avant d’avoir rencontré les gens du Golf. M. Deshaies n’a pas voulu commenter la proposition sur la table jugeant qu’il est encore trop tôt pour le faire. Le Mouvement citoyen demeurera en action afin de surveiller la suite du dossier.

Au moment de mettre sous presse, il a été impossible de joindre des représentants du Club de golf Belœil. Ce dernier a déposé une pétition de près de 1400 noms de citoyens de Belœil pour soutenir son projet d’habitation. La Ville précise toutefois qu’il s’agit d’une liste de noms numérique, sans signature et sans mise en contexte.

image