12 mai 2016
Xavier Barsalou Duval appuie Martine Ouellet à la chefferie du PQ
Par: L'Oeil Régional
Le député bloquiste Xavier Barsalou Duval

Le député bloquiste Xavier Barsalou Duval

Le député bloquiste de Pierre-Boucher – Les Patriotes – Verchères, Xavier Barsalou Duval, donnera son appui et son aide à la députée et ex-ministre, Martine Ouellet, si elle décidait de briguer la direction du Parti Québécois

«En plus d’être une femme de conviction, Martine est une femme de terrain, qui sait se tenir debout et qui connait ses dossiers sur le bout de ses doigts. Elle a mon appui totalement », a expliqué monsieur Barsalou Duval.

Son soutien est motivé par le fait que selon lui, Martine Ouellet est la seule à pouvoir réellement faire converger tous les souverainistes à la prochaine élection. Elle est la seule à avoir pris concrètement l’engagement, pendant la course à la direction du parti en 2015, de faire du Québec un pays dans le premier mandat de son gouvernement.

« Depuis plus d’un an, presque tous ceux qui s’intéressent au mouvement indépendantiste n’ont qu’un phénomène en tête : celui de la convergence des souverainistes. Cette volonté de voir poindre au bout du tunnel l’unité des forces porteuses de la cause est tout à fait logique, j’en conviens. C’est désormais clair et établi qu’il est impossible pour les souverainistes de gagner l’élection et former le gouvernement si nos effectifs sont ainsi divisés et il va de soi qu’on ne peut nullement espérer faire l’indépendance du Québec si les indépendantistes ne forme pas le gouvernement au préalable. Le problème, c’est que trop souvent on exclut de la discussion portant sur la convergence, le seul moyen d’y parvenir véritablement, c’est-à-dire, la nécessité de prendre l’engagement de faire du Québec un pays dans le premier mandat d’un gouvernement du Parti Québécois.», a affirmé le député.  

« Il n’y a pas d’autres moyens que celui de l’approche franche pour réussir à mobiliser l’ensemble de l’électorat indépendantiste. C’est ce que René Lévesque avait fait pour unir les Québécois à la fin des années soixante et c’est ce que Jacques Parizeau a entrepris au milieu des années quatre-vingt-dix. Maintenant, on est rendu là. Ça prend du courage politique et ça presse. Toutes les projections et les sondages de l’électorat Québécois démontrent que l’idée de l’indépendance est plus populaire que le Parti Québécois lui-même. Ce qui est problématique et révélateur à la fois », a conclu Xavier Barsalou-Duval.   

source: Bureau du député de Pierre-Boucher-les Patriotes- Verchères

image