1 septembre 2021
Une rentrée scolaire sur un fond d’optimisme et de sourires masqués
Par: Denis Bélanger

La directrice de Polybel, Annie Larouche. Photothèque | L’OEil Régional ©

Le président du syndicat de Champlain, Jean-François Guilbault. Photo gracieuseté

Le moral des troupes est bon dans plusieurs écoles de la région à l’occasion de cette deuxième rentrée en temps de pandémie. Un enthousiasme qui n’a même pas été ralenti par le retour du port du masque en classe par les élèves.

Publicité
Activer le son

Le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, avait annoncé il y a quelques semaines que les jeunes porteraient le masque seulement dans les aires communes. Il a dû reculer la semaine dernière en raison de la hausse des cas de COVID-19 et le fait que la vaccination n’est toujours pas ouverte pour les moins de 12 ans. « Nous n’aurons plus à gérer des cours en ligne, tous nos élèves sont présents. Les masques sont un moindre mal », pense Maxime Grégoire, enseignant de mathématiques en troisième et cinquième secondaire au Collège Saint-Hilaire.

Contrairement aux masques, le concept de bulles-classes a été toutefois abandonné pour le calendrier scolaire 2021-2022. Un allègement qui soulage autant les élèves que les enseignants de l’avis de la directrice de l’école secondaire Polybel à Belœil, Annie Larouche. « L’an passé, les classes étaient fermées. Certaines options n’étaient pas disponibles pour tous. En plus, les élèves pourront être avec leurs amis. »

Les activités parascolaires pourront également reprendre cette année au grand plaisir notamment de M. Grégoire qui est l’entraîneur des équipes de badminton du Collège Saint-Hilaire. Il a trouvé difficile l’an dernier de ne pouvoir frapper des volants avec les jeunes. « Je n’arrêtais pas de croiser mes élèves qui demandaient si ça allait reprendre. Je ne cessais de leur répondre non; je sentais comme si je tapais sur le même clou. Ça paraissait sur le moral des jeunes, cette absence de sport parascolaire. »

Pascal Trépanier, le coordonnateur du programme de hockey du Collège Saint-Hilaire, ajoute que le retour des activités parascolaires aura un bienfait pour la réussite scolaire des étudiants athlètes. Pendant l’année, les équipes des Montagnards, comme bien d’autres, n’ont pas pu jouer une seule partie officielle. « À un certain moment, tu sentais que les kids perdaient l’intérêt. C’était un défi pédagogique les stimuler à nouveau. »

Les allègements sanitaires des derniers mois offrent plusieurs autres possibilités aux directions d’établissement scolaire. « Nous allons pouvoir accueillir dans notre école des bénévoles non membres du personnel », fait remarquer Sophie Lapointe, la directrice de l’école primaire anglophone Mountainview. De son côté, la direction de Polybel va pouvoir rouvrir la cafétéria. « J’ai commencé l’année en disant au personnel que je me croisais les doigts pour que l’école demeure ouverte le plus longtemps possible. Cette année, on s’en va tranquillement vers un retour à une certaine normalité », poursuit Mme Larouche sur la même lancée.

Entre optimisme et réalisme

Certains intervenants du milieu scolaire se permettent même d’être optimistes pour le moyen et long terme, notamment Annie Larouche. « Étant donné que la vaccination est ouverte pour les 12 ans et plus et qu’elle progresse bien, le sentiment de sécurité est élevé chez nos professeurs. Il y a un stress de moins par rapport à la maladie. » Sophie Lapointe, de l’école Mountainview, ne fait pas trop de souci même si les élèves du primaire ne sont pas encore vaccinés. Mais l’expression « chat échaudé craint l’eau » s’applique à Maxime Grégoire qui évite de se projeter trop en avant. «Nous avons tous peur d’être un peu déçus. »

Le discours s’assombrit du côté du nouveau président du Syndicat de Champlain, Jean-François Guilbault, qui craint que certains enseignants ou membres du personnel de soutien aient de la difficulté à tenir le coup. « Ils ont terminé l’année épuisés. Nous avons entendu beaucoup de commentaires à l’effet que l’été n’a pas été suffisant pour reprendre leur souffle. »

Les établissements secondaires et primaires du Centre de services scolaire des Patriotes retrouvent officiellement leurs élèves le 1er septembre pour la rentrée.

image