5 octobre 2017
Le parti des citoyens de Belœil dévoile son programme
Une deuxième glace et un gel de taxes
Par: Karine Guillet

Gilles Gaucher, Luc Hamel, Claude Lavallée, Luc Cossette, Rémi Landry, Yves Deshaies, , Dominique Lessard, Jean-François Giraudo et Clarence Yip. Photo Karine Guillet

Rémi Landry et son Parti des citoyens de Belœil (PCB) promettent aux électeurs de geler les taxes pour deux ans et d’ériger une deuxième glace s’ils prennent le pouvoir le 5 novembre prochain.

L’ajout d’une deuxième glace à l’aréna municipal est dans l’air depuis de nombreuses années. Plusieurs citoyens avaient d’ailleurs cité l’ajout d’une deuxième glace comme une priorité lors de la consultation pour la planification stratégique de Belœil.

Le PCB a fait une étude des besoins. Environ 1000 jeunes pratiquent des sports de glace à l’aréna. Pour combler les heures de glace, environ 15 % des heures de glace doivent être louées dans d’autres arénas, selon M. Landry. Il soutient que le manque de glace cause une augmentation des frais d’inscription et force aussi les organismes à limiter les inscriptions.

Congé de taxes

Le parti des citoyens propose de donner un répit aux contribuables en utilisant les surplus de la Ville. Belœil a réalisé des excédents de 2,3 M$ en 2013, 1,7 M$ en 2014 et 1,7 M$ en 2015. Les augmentations des dernières années se limitent à l’indice des prix à la consommation. «Ce ne sont pas de grosses augmentations, mais les gens n’ont pas nécessairement une augmentation salariale chaque année équivalente au coût de la vie», souligne pourtant le candidat à la mairie.

Il propose également d’affecter au moins 50 % des excédents réalisés par la Ville au remboursement de la dette.

Réduire le salaire des élus

Le parti veut réduire de 10 % le salaire des élus, un geste avant tout symbolique. «C’est pour dire aux gens qu’on n’est pas là pour la job, on est là pour être au service des gens». Cela représente presque 8000 $ pour le maire et 3000 $ pour chaque conseiller, en incluant la rémunération et les allocations.

Infrastructures et modifications de zonage

M. Landry propose aussi de fournir aux citoyens un calendrier des mises à jour prévues des différentes infrastructures de la Ville. Il soutient que la question de la réfection de rue préoccupe beaucoup de citoyens. Il cite en exemple l’hôtel de ville, qui n’est toujours pas accessible aux personnes à mobilité réduite.

Comme l’équipe adverse, le Parti des citoyens souhaite revoir la configuration du boulevard Yvon-L’heureux. Le Parti souhaite dans un premier temps connaître l’impact du trafic sur cette intersection. L’équipe Landry pense revoir la croisée de Bernard-Pilon et élargir le boulevard à certains endroits pour alléger le trafic.

Et même si la Loi 122 a aboli le recours au référendum pour des modifications de zonage, le Parti compte maintenir ce recours. Il souhaite aussi vulgariser le contenu des avis publics.

Composer avec la piscine

Plusieurs des candidats dans l’équipe de Rémi Landry ont d’ailleurs motivé leur désir de s’impliquer (ou d’effectuer un retour) en politique en raison du dossier de la piscine municipale. «Je ne peux pas défaire ce qui a été fait, dit M. Landry. Il va falloir que je construise avec ce qui est là. Je vais probablement demander d’être tenu au courant de tout ce qui a été fait», explique-t-il, assurant vouloir informer les citoyens de l’entièreté du dossier.

image