22 février 2018
FORD F-150 2018 PLATINUM
Une camionnette en progression!
Par: Marc Bouchard

Photo : Ford Canada

Je passe, de semaine en semaine, d’un type de véhicule à un autre. Parfois, les comparaisons sont difficiles ou les changements un peu radicaux. Parfois, j’ai même un peu l’impression de manquer de repères malgré mes quelques années d’expérience. J’aime bien recevoir les commentaires de quelqu’un d’autre dans ce cas, comme ce fut le cas avec le Ford F-150 2018.

Souvent, je fais appel à Chérie, qui a passé les deux dernières décennies à mes côtés à tester tous les véhicules. Cette fois, j’ai cependant fait appel à une amie. Appelons-la ma voisine. Indépendante, volontaire, elle travaille dans un domaine où les camionnettes et même les gros camions sont monnaie courante.
Mieux encore, elle a eu l’occasion de se promener dans une version 2015 de la même camionnette. Ma capacité d’analyse jumelée à son sens de la comparaison donne donc lieu à une lecture différente des capacités du véhicule. Véhicule qui, dans ce cas précis, est le F-150 Platinum 2018, la version la plus haut de gamme de la famille.

La motorisation

Il faut savoir que le Ford F-150 jouit d’une motorisation variée, selon les besoins. Dans le cas de la version Platinum de notre essai, il abritait sous le capot le moteur V8 5,0 litres de 385 chevaux et de 397 livres-pied de couple. Une puissance importante qui permet notamment de profiter d’une randonnée sans chargement assez agréable, mais avouons-le, pas la plus économique. Chargé, cependant, le F-150 bénéficie presque de la même consommation.
Ma Voisine, soucieuse de faire l’expérience jusqu’au bout, a profité du camion pour transporter quelques matériaux de rénovation. Puisque la boîte qui équipait notre camion d’essai était la plus courte (5 pieds et demi au lieu de 6 pieds et demi), elle n’a pu tout transporter, laissant sur place les planches 4×8 dont elle avait besoin.
Malgré tout, elle a imposé au camion une charge plus que consistante et a apprécié la douceur de roulement et la facilité avec laquelle le F-150 se déplaçait, même lourdement chargé. Petit bémol cependant, la boîte de vitesse 10 rapports automatique semblait parfois hésiter entre les vitesses, entraînant des roulements de moteur un peu plus élevés qu’on aurait pu le souhaiter.
Voisine, expérimentée du camion, a aussi noté l’hésitation lors des décélérations importantes. Un petit détail que je n’ai toutefois retrouvé que dans des conditions bien précises et que je n’ai pas eu à déplorer trop souvent.
Elle a, en revanche, apprécié la légèreté de la direction et de l’ensemble du camion, gracieuseté notamment de la diminution de poids en raison de l’usage abondant de l’aluminium, une qualité que j’avais moi-même notée lors de mes essais précédents, peu importe la déclinaison du véhicule.
Voisine ayant une taille assez réduite, elle a bien aimé un élément qui m’attire depuis longtemps : la présence d’un levier et d’un marchepied rétractable en quelques secondes pour accéder à la boîte. Tous les camions devraient s’en doter.

Question confort

La vie à bord d’un F-150 Platinum n’a rien à envier à celle d’une berline. Évidemment, taille oblige, l’espace y est plus qu’abondant, mais ce n’est pas tant l’espace que le confort qui attire l’attention. Je ne suis pas grand, ma voisine non plus, et comme moi, elle a apprécié le pédalier ajustable, tout comme le volant.
Le système Sync 3 embarqué rend la vie plus facile pour l’usage de toutes les fonctions de confort, de communication et de divertissement, et l’ergonomie générale du camion permet un usage facile et sans trop de réflexion des commandes générales. Un élément que j’apprécie toujours en conduite puisqu’il requiert peu d’attention du conducteur. Un détail qu’a aussi soulevé Voisine, elle qui a éprouvé quelques difficultés préalables avec la version 2015 du même camion.
Outre sa capacité de transport et son efficace rouage intégral, le Ford F-150 Platinum peut remorquer jusqu’à 9 000 livres, et un peu plus, et dispose de tous les éléments pour agir à la fois comme véhicule familial ou véhicule de travail.
Depuis plusieurs années, le véhicule domine les ventes canadiennes et nord-américaines de camionnettes. Depuis 2 ans, il va plus loin en étant le véhicule le plus vendu au pays, toutes catégories confondues. Impossible donc de ne pas reconnaître les qualités et la polyvalence du F-150.
Le mot de la fin revient sans doute à Voisine : « Si seulement je n’avais pas si souvent à circuler en zone montréalaise, j’y penserais. Mais il est juste un peu trop gros pour mes besoins. Dommage… »

image