25 mars 2020
Un smokehouse ouvrira ses portes dans le Vieux-Belœil
Par: Sarah-Eve Charland

Jason Green, Nadia Laforge et Yan Cloutier ouvriront Le Cracheur de feu en avril. Photo Robert Gosselin | L’Œil Régional ©

Un couple d’Otterburn Park, en compagnie d’un troisième associé, ont choisi de relever le défi de transformer l’ancien Jozéphil dans le Vieux-Belœil en un restaurant de style smokehouse. Les propriétaires du commerce Le Cracheur de feu ne se laisseront pas abattre par le contexte actuel en offrant un service au volant.

Publicité
Activer le son

Le restaurant offrira deux types de mets; le premier cuit sur fumoir et le deuxième sur le grill. Le fumoir, importé de Géorgie, utilisera de la bûche d’érable afin d’influencer les saveurs des mets.

« La différence entre le smokehouse chez nous, Le Cracheur de feu, et ceux qu’on peut retrouver aux États-Unis, c’est qu’on a plutôt des influences internationales alors que les smokehouses aux États-Unis vont prendre des influences texanes. On pourrait par exemple ajouter un mets du Madagascar », affirme l’un des propriétaires, Yan Cloutier.

Ce dernier s’est associé avec sa conjointe Nadia Laforge et le propriétaire des sauces piquantes Papa Jay’s, Jason Green. Yan Cloutier et Nadia Laforge détenaient le marché d’alimentation Station 54 à Montréal. Ils y cuisinaient des mets pour emporter grâce à un fumoir depuis trois ans. Lorsqu’ils ont vu le bâtiment du Jozéphil, ils y ont vu l’opportunité de se rapprocher de chez eux.

Le commerce présentera aussi une offre spécialisée en bières importées, ainsi qu’en scotchs et en whiskys. Il offrira aussi des cocktails à base de produits fumés.

En situation de pandémie

Les consignes gouvernementales concernant la pandémie de COVID-19 sont venues bouleverser les plans d’ouverture au début du mois d’avril. Même si les propriétaires maintiennent le rythme pour respecter les échéanciers, ils développent des stratégies créatives pour ouvrir en avril tout en assurant la sécurité de leurs employés et des clients.

De façon temporaire, le commerce invitera les clients à commander dans le stationnement du commerce directement de leur voiture. Le menu adapté pour la situation offrira exclusivement des mets fumés.

« On va reprendre ce qui a été fait dans les années 70 où on faisait la livraison dans les stationnements. […] Les menus seront affichés dans le stationnement. On va mettre de la musique à l’extérieur. Ce seront les employés du restaurant qui sortiront les commandes à l’extérieur. Les clients n’entreront pas dans le restaurant afin d’éviter les risques de contamination », explique M. Cloutier.

image