16 novembre 2018
Centre-ville de Mont-Saint-Hilaire
Un sens unique sur Saint-Georges
Par: Denis Bélanger

Un plan de la rue Saint-Georges réaménagée.

La rue Saint-Georges à Mont-Saint-Hilaire, qui est dans le collimateur du promoteur Odacité pour un important projet immobilier axé autour du déménagement dans le secteur du IGA, pourrait éventuellement devenir un sens unique.

Dans un tel scénario, les citoyens pourraient entrer sur Saint-Georges directement par le boulevard Sir-Wilfrid-Laurier, mais devraient probablement emprunter la rue du Centre-Civique, sur laquelle déboucherait Saint-Georges. Une maison a été visée pour une potentielle expropriation si on ne parvenait pas à s’entendre. Les deux options sont toujours sur la table.
La possibilité du sens unique est l’un des nombreux éléments qui ont été ajoutés dans le plan particulier d’urbanisme (PPU) du centre-ville par la municipalité à la suite de commentaires citoyens. L’adoption du PPU et des autres règlements de concordance est essentielle pour permettre la réalisation du projet sur Saint-Georges. Le PPU n’est toutefois pas soumis au référendum selon les lois provinciales.
Notons également que le centre-ville englobe bien plus que la rue Saint-Georges. Des secteurs résidentiels denses, l’hôtel de ville et autres bâtiments municipaux, la rue Blain ainsi qu’une portion du boulevard Sir-Wilfrid-Laurier font également partie du centre-ville, tel que défini par le PPU.
Parmi les autres modifications et bonifications apportées, on retrouve une modification de la place publique, qui serait située à l’intersection de la 116 et de Saint-Georges. Au départ, la municipalité envisageait d’y aménager une aire de repos, mais l’espace pourrait plutôt servir à exposer des œuvres et intégrer de l’art public.
L’ébauche actuelle du PPU module les hauteurs de bâtiments pour préserver des vues et modifie la formule des droits acquis. Cette dernière réduit le temps que dispose un promoteur pour poursuivre un usage qui n’est plus permis par le règlement après la fin d’occupation du précédent locataire ou propriétaire. «On veut aussi que les futures constructions soient plus près du boulevard Sir-Wilfrid-Laurier. La formule modifiant les droits acquis va venir lors d’un agrandissement et obliger les gens à se conformer aux nouvelles règlementations», a renchéri Bernard Morel.
Encore plusieurs étapes
La première ébauche du PPU a été adopté le 7 novembre. Le conseiller indépendant Louis Toner, opposé au projet, a demandé le vote à plusieurs occasions, mais les résolutions ont été approuvées par la majorité des élus.
La Ville a tenu à consacrer une soirée sur le sujet pour bien expliquer le processus et la suite des choses. Les citoyens ont maintenant plus d’un mois pour approfondir leur connaissance sur les règlements et apporter leurs commentaires et suggestions. En plus de consulter les documents aux endroits appropriés et rencontrer les urbanistes affectés au dossier, les citoyens pourront assister à une soirée porte ouverte le 20 novembre où plusieurs stations d’information seront aménagées. Les citoyens pourront notamment voir des simulations de scénarios de circulation. S’ensuivra le 4 décembre une soirée de consultation publique. Les gens auront par la suite jusqu’au 4 janvier pour faire parvenir leurs commentaires ou mémoires. L’adoption du PPU devrait se faire le 14 janvier.
image