1 juin 2018
Un résident de Belœil aurait accédé à de la pornographie juvénile
Par: Denis Bélanger

Un septuagénaire de Belœil, Guy Bernier, doit faire face à la justice pour avoir eu en sa possession de la pornographie juvénile. Arrêté le 16 mai par la Sûreté du Québec, M. Bernier devra revenir au palais de justice de Saint-Hyacinthe le 6 août.

Le résident de Belœil a de plus été remis en liberté sous plusieurs conditions. Il est interdit à l’accusé de se trouver dans des endroits publics où il est susceptible d’y avoir des enfants de moins de 16 ans ainsi qu’un ordinateur. L’usage d’un ordinateur lui est complètement interdit et il a dû annuler son service internet dans les 24 heures après sa remise en liberté. S’ajoute à tout cela un couvre-feu à domicile de minuit à 6h et un dépôt de 1000$.

Guy Bernier fait aussi face à une accusation d’avoir accédé à de la pornographie juvénile. Selon l’acte de dénonciation, les différents faits qui lui sont reprochés sont survenus entre le 1er juillet 2016 et le 16 mai 2018. M. Bernier est passible d’une peine d’emprisonnement s’il est reconnu coupable par le tribunal. C’est la procureure Isabelle Morin qui représente la Couronne dans ce dossier.

Les enquêteurs spécialisés en matière d’exploitation sexuelle des enfants sur internet de la SQ ont réalisé une perquisition au domicile du suspect de 71 ans et du matériel informatique a été saisi pour analyse. La SQ rappelle que toute personne qui aurait de l’information sur les agissements de cet homme peut la transmettre de façon confidentielle à la Centrale de l’information criminelle de la Sûreté du Québec au 1 800 659-4264.

La Direction des enquêtes criminelles de la Sûreté du Québec regroupe au sein de son Service des projets d’enquêtes spécialisées, des experts en matière de cybercriminalité et d’exploitation sexuelle des enfants. Ces enquêteurs œuvrent en étroite collaboration avec la Gendarmerie royale du Canada et l’ensemble des policiers municipaux. Depuis la mise en place de la stratégie provinciale de la Sûreté du Québec en matière de lutte contre l’exploitation sexuelle des enfants en 2012, près de 500 arrestations ont été réalisées. Grâce à cela, plusieurs centaines de victimes ont été identifiées.

image