26 juin 2019
Un jeune de 12 ans initie Dans ma rue, on joue! à Saint-Charles
Par: Sarah-Eve Charland
Charles Guertin a effectué toutes les démarches pour intégrer Dans ma rue, on joue! à Saint-Charles-sur-Richelieu. Photo Sarah-Eve Charland | L’Œil Régional ©

Charles Guertin a effectué toutes les démarches pour intégrer Dans ma rue, on joue! à Saint-Charles-sur-Richelieu. Photo Sarah-Eve Charland | L’Œil Régional ©

Les démarches d’un garçon de 12 ans, Charles Guertin, qui souhaitait seulement faire du sport dans sa rue, a incité la Municipalité de Saint-Charles-sur-Richelieu à instaurer le principe Dans ma rue, on joue!

instaurer le principe Dans ma rue, on joue!
Dans le cadre des initiatives citoyennes, Charles Guertin a présenté son projet en séance du conseil. La Municipalité réserve une somme de 10 000 $ annuellement pour mettre en place des projets d’initiatives citoyennes.
« J’en avais entendu parler. Des personnes me disaient que ce serait le fun. On est plusieurs enfants à jouer. Les personnes roulent assez vite. On voulait aussi avertir les gens de ralentir et de faire attention », raconte Charles Guertin.
Afin d’appuyer sa demande, il a obtenu une vingtaine de signatures des résidents de la rue Croissant-L’Heureux après avoir effectué un porte-à-porte. Il s’est même surpris de voir qu’il était plutôt facile de faire accepter son idée. Toutes les personnes approchées ont adhéré au projet Dans ma rue, on joue! Par la suite, les élus ont entériné l’idée lors de la dernière séance du conseil municipal.
Dans ma rue, on joue! vise à inciter les jeunes à jouer librement dans les rues résidentielles choisies par les citoyens en encadrant cette pratique de façon sécuritaire.
« Je trouve ça le fun de transformer ma rue comme ça. J’espère inciter d’autres personnes à faire d’autres rues comme ça pour que la ville devienne un terrain de jeu », ajoute le jeune de 12 ans.
Saint-Charles-sur-Richelieu a installé deux affiches le 17 juin. Il n’y a pas de politique élargie pour l’ensemble de la municipalité. Le conseil a décidé d’agir selon les demandes.
« C’est la première fois qu’on est interpellé là-dessus. Charles a fait le tour. Il a fait une pétition. Il a rencontré les gens du secteur. Les gens étaient intéressés par l’idée. […] On ne fera pas de politique mur à mur. Ça va nous servir en même temps de projet pilote. On va voir comment ça va se dérouler dans la rue. On est ouvert s’il y a d’autres endroits où ça nous est demandé », mentionne le maire de Saint-Charles-sur-Richelieu, Marc Lavigne.
Selon le conseiller municipal et père de Charles, Jérôme Guertin, le projet a été entièrement piloté par son fils. « Je ne voulais pas m’interposer dans son projet. Je trouvais ça important que ça soit lui qui fasse les démarches. Il les a faites de A à Z. On l’a encadré un peu. Je lui disais : si tu veux que ton projet fonctionne bien, va chercher l’appui de tous les résidents. Comme ça, personne n’aura de frustration. Il a décidé de faire du porte-à-porte pour obtenir des signatures. Il l’a présenté au conseil. Tous les conseillers étaient très emballés par sa démarche », raconte Jérôme Guertin.

image