16 octobre 2020
Un jeu de cartes pour favoriser l’apprentissage des comportements
Par: Denis Bélanger

Christine Hébert et Annie Beaudoin ont déjà vendu une soixantaine d’exemplaires de leur jeu. Photo François Larivière | L’Œil Régional ©

Les psychoéducatrices Annie Beaudoin de Belœil et Christine Hébert d’Otterburn Park viennent de concevoir le jeu éducatif Quelle carte peux-tu jouer? pour aider les enfants dans l’apprentissage de comportements adéquats dans divers contextesde leur vie.

Publicité
Activer le son

Les deux femmes travaillent ensemble depuis plus de cinq au Centre de services scolaire de Saint-Hyacinthe. Travaillant avec une clientèle ayant des lacunes sur le plan des habiletés sociales, elles se sont aperçues qu’il manquait un outil pédagogique adéquat. « Nous cherchions des éléments visuels. Annie gribouillait des dessins pour essayer de développer les compétences. Elle avait parti un jeu de cartes et les jeunes aimaient ça », raconte Mme Hébert.
Destiné aux enfants entre 5 et 8 ans, Quelle carte peux-tu jouer? vise à amener les jeunes à reconnaître les bons comportements et les bons choix. « Tout est parti de l’image d’un jeu de cartes. Tu as des cartes que tu veux garder, qui permettent d’obtenir quelque chose de positif, tout comme les bons choix. Mais en contrepartie, tu as des cartes dont tu veux te débarrasser, soit celles qui te font perdre socialement », décrit Mme Beaudoin.
Trois modes de jeu sont possibles dans Quelle carte peux-tu jouer?. Il y a d’abord un jeu de bataille, où la carte du bon comportement l’emporte sur le mauvais, ainsi qu’un jeu de mémoire où il faut associer un bon comportement à son contraire. Et il y a aussi le jeu de groupe. « L’intervenant distribue toutes lescartes aux élèves et, pour gagner, il faut s’être débarrassé de toutes ses cartes. Les jeunes vont tenter de proposer une carte de leur main, soit le comportementà adopter dans telles circonstances,et c’est à l’intervenant de déterminer qui jette sa carte », explique Christine Hébert.
Le jeu devait être lancé au débutde l’année, mais la pandémie de la COVID-19 a modifié grandement l’échéancier. Ce contretemps a permis aux deux psychoéducatrices de faire fabriquer les cartes en carton polyester, facilitant le nettoyage. « Les cartes ne peuvent pas s’abimer, le carton est indéchirable et il est possible donc d’y passer un coup de lingette. Cela évite aussi de mettre le jeu en quarantaine, favorisant ainsi son utilisation », poursuit Christine Hébert.
Pour lancer leur jeu, Mmes Hébertet Beaudoin ont créé leur entreprise Psychoéduc&astuces. « Nous avons d’autres projets en tête et nous faisons aussi des conférences. Nous voulons aider et rejoindre le plus de monde possible », précise Annie Beaudoin.

image