2 février 2016
Un golf virtuel à Beloeil
Par: Denis Bélanger
Le Continental Golf Virtuel a tenu récemment une journée portes  ouvertes.

Le Continental Golf Virtuel a tenu récemment une journée portes ouvertes.

À l’instar de bien des domaines, l’industrie du golf bat de l’aile alors que plusieurs clubs extérieurs mettent la clé sous la porte. Christian Delorme et Jean Gagnon font preuve ainsi d’une certaine audace en démarrant à Beloeil un centre de golf virtuel.

Bien qu’il reconnaisse que l’aventure contient sa part de risques, M. Delorme avance qu’une étude de marché a démontré qu’il y avait une clientèle pour une telle entreprise. «Il n’y avait pas de service dans la région et le plus près est à Boucherville, ce qui n’est pas la porte d’à côté».

Ouvert depuis la fin du mois de décembre dans un local du boulevard Cartier, le Continental Golf Virtuel comprend cinq plateaux de jeux où les golfeurs pourront y jouer notamment des 18 trous. «Nous visons trois groupes de personnes. Il y a ceux qui veulent se perfectionner, les gens qui souhaitent passer un bon moment entre amis et ceux qui désirent apprendre à jouer», poursuit Christian Delorme.

Des cours sont également offerts par les professionnels Marc-Antoine Lamoureux et Daniel Talbot. La technologie utilisée donne d’ailleurs de précieux outils visuels pour les professeurs.

Plusieurs vocations

Vu qu’un golf virtuel est peu concurrentiel durant la période estivale, les propriétaires convertiront leur commerce en crémerie l’été. Il reste quelques détails à régler avec la Ville sur ce point.

Bien qu’il soit coutume pour plusieurs crémeries d’offrir à leurs clients un parcours de mini-putt, Christian Delorme et Jean Gagnon n’ont pas l’intention d’exploiter cette avenue. «L’espace ne nous le permet pas d’ailleurs», ajoute M. Delorme qui demeure à Otterburn Park depuis une dizaine d’années.

Ce dernier envisage toutefois la possibilité d’organiser l’été des week-ends de jeux vidéo.

Changement de carrière

Professionnellement, Christian Delorme n’est pas issu du milieu du golf. Ce détenteur d’une maîtrise à l’École nationale d’administration publique (ENAP) a travaillé pendant 17 ans comme intervenant, notamment auprès des jeunes. Ayant le goût de faire autre chose, M. Delorme est retourné aux études pour compléter un doctorat en santé et société à l’Université du Québec à Montréal (UQAM).

Entre temps, des «enjeux familiaux» ont fait en sorte que M. Delorme devait se trouver une source de revenus. «Moi c’est quoi que j’aime? Le golf. Mon partner (et ami de longue date), Jean venait de s’installer à Otterburn Park. On avait tous les deux envie de se partir un truc.»

image