19 septembre 2018
Un élu s’oppose au projet sur Saint-Georges
Par: Denis Bélanger

Louis Toner. Photo: Archives

Le conseiller municipal de Mont-Saint-Hilaire dans le district de la Montagne (6), Louis Toner, s’oppose au projet de construction mixte avec une épicerie sur la rue Saint-Georges.

Au départ, M. Toner était favorable au projet proposé par le promoteur Odacité, mais la soirée de consultation du 12 septembre l’a convaincu de ne pas endosser l’initiative, car l’acceptabilité sociale n’est pas au rendez-vous.

«Bien que le projet comporte plusieurs éléments de développement durable et répond au Plan métropolitain d’aménagement durable, il ne cadre pas avec la vision champêtre de Mont-Saint-Hilaire d’une grande partie des gens. En tant que conseiller, mon rôle est de représenter les citoyens du district 6», souligne l’élu.
Louis Toner partage aussi les arguments présentés par les citoyens durant la rencontre concernant la hauteur du bâtiment, la signature visuelle, les enjeux de circulation ainsi que les coûts d’infrastructure. «Je me suis présenté en politique pour défendre le dossier de la zone A-16 de même que l’identité et le caractère champêtre de la municipalité pour que cette dernière demeure une ville de nature, d’art et de patrimoine.»

M. Toner craint les effets pervers d’une course au développement en périphérie de Montréal, laquelle selon lui ne se traduit pas par des merveilles d’architectures. «Quelle marque laisserons-nous? On invoque beaucoup l’aspect du développement pour justifier cette course. En permettant un tel projet, ne risque-t-on pas d’ouvrir la porte à d’autres idées de grandeur et de transformer notre petite ville au caractère unique en une autre banlieue composée de bâtiments carrés de béton morne et en brique rouge?»

L’élu admet que la tenue éventuelle d’un référendum consultatif pourrait être une bonne idée, qui permettrait de mesurer davantage le degré d’opposition au projet. Il ajoute qu’il n’aura aucun problème à voter contre l’adoption de résolutions touchant le projet.

Rappelons que Louis Toner est le seul conseiller à ne pas avoir été élu en novembre 2017 sous la bannière du parti du maire Yves Corriveau. M. Toner avait été élu sous les couleurs de Vision Citoyenne, mais avait décidé de devenir indépendant en mars, soit peu de temps avant que les membres du parti ne décident de prendre les démarches pour dissoudre la formation politique. Louis Toner avait assuré qu’il ne joindrait pas les rangs du parti de M. Corriveau.

Un candidat présent, un absent
Le candidat du Parti québécois dans Borduas, Cédric G.-Ducharme, a assisté à la rencontre. Il avait aussi été présent à la soirée d’information de juin où a commencé à circuler la nouvelle qu’un IGA s’installerait à cet endroit. M. G.-Ducharme est un acteur intéressé et engagé sur les questions d’environnement et de développement durable. L’aspirant député n’a toutefois pas posé de question et n’a pas voulu commenter le déroulement de la soirée.

Le député sortant de la Coalition avenir Québec, Simon-Jolin Barette, a préféré s’abstenir. «Bien que je sois très au fait de ce dossier, ce genre de projet relève des compétences du conseil municipal de la Ville de Mont-Saint-Hilaire et non pas du député provincial. Les municipalités sont des gouvernements de proximité et je respecte la juridiction des élus municipaux. Je ne m’ingère pas dans les dossiers qui relèvent des municipalités. Je suis toutefois toujours prêt à accompagner les citoyens et les municipalités dans leurs démarches auprès de Québec.»

image