17 juin 2016
Un dernier tour de force pour André Phaneuf
Par: Denis Bélanger
Cette année, 27 élèves de 14 écoles ont pris part au Défi régional de Force de la Régie intermunicipale de police Richelieu-Saint-Laurent.

Cette année, 27 élèves de 14 écoles ont pris part au Défi régional de Force de la Régie intermunicipale de police Richelieu-Saint-Laurent.

Un dernier tour de force pour André Phaneuf

Un dernier tour de force pour André Phaneuf

La première épreuve du concours a été le tir du camion.

La première épreuve du concours a été le tir du camion.

Un dernier tour de force pour André Phaneuf

Un dernier tour de force pour André Phaneuf

Un dernier tour de force pour André Phaneuf

Un dernier tour de force pour André Phaneuf

Un dernier tour de force pour André Phaneuf

Un dernier tour de force pour André Phaneuf

L’édition 2016 du traditionnel concours d’hommes forts à Polybel revêtait un cachet bien particulier pour son instigateur, le policier André Phaneuf, car c’était la dernière fois qu’il s’occupait de cette initiative en tant que membre des forces de l’ordre.

Cumulant plus de 40 ans de métier, André Phaneuf remettra son badge à la fin de l’année pour profiter d’une retraite pleinement méritée. Il laissera le soin à d’autres agents d’assurer la continuité du Défi régional de Force de la Régie intermunicipale de police Richelieu-Saint-Laurent qui en était à sa 13e année. André Phaneuf n’écarte pas la possibilité de continuer à s’impliquer dans un rôle bénévole.

«C’est probablement le projet dont je suis le plus fier. Le plus drôle est le fait que, quand j’étais jeune, j’hésitais entre devenir policier ou professeur d’éducation physique, confie-t-il. Cette initiative permettait un contact différent avec les jeunes.»

André Phaneuf est aussi fier d’avoir motivé plusieurs jeunes à rester sur les bancs d’école. «Plusieurs parents et jeunes sont venus me le dire. J’espère que les jeunes vont continuer de garder la forme physique et avoir le désir de se surpasser.»

Leconcours d’hommes forts est né d’une situation particulière, soit après qu’André Phaneuf ait surpris deux jeunes en train de s’introduire sans permission dans un local afin de s’entraîner. L’un des deux jeunes avait été renvoyé de l’école secondaire Polybel l’année précédente en raison de problèmes de consommation. Il avait été réadmis à la condition qu’il demeure dans le droit chemin. L’autre jeune était son frère qui s’était porté garant de lui. Il voulait l’occuper sur l’heure du midi, car son frangin aimait s’entraîner.  Le policier a ainsi mis sur pied le concours par la suite.

Au début, le Défi de Force n’était que local, mais il est vite devenu un événement régional. Et là, on vient d’établir un partenariat avec l’Alliance canadienne des athlètes de force amateurs (A.C.A.F.A.).

«Avec ce nouveau partenariat, nos athlètes locaux auront bientôt la chance d’aller rivaliser avec les athlètes de force des autres provinces, renchérit le policier. C’est incroyable de constater aujourd’hui le travail des centaines d’adolescents qui, durant toute l’année, se préparent pour cette compétition. C’est une fierté de voir que leurs efforts les mèneront loin et que ce programme fait boule de neige.»

 

Beloeil à l’honneur

Cette année, 27 élèves de 14 écoles ont pris part au Défi remporté par Jonathan Dubois de Polybel. Les deuxième et troisième place sont revenues à Thomas M. Pellerin, de Shawinigan, et à Pierre Alexandre Bessette de Saint-Hyacinthe. Polybel a aussi arraché la bannière de l’école championne, devant l’école Casavant de Saint-Hyacinthe et l’école des Chutes de Shawinigan.

Six épreuves étaient encore à l’honneur, soit le tir du camion, la levée de l’essieu, les pierres d’Atlas, le développé du billot, le tir du camion en position assise et le méli-mélo. Cette dernière épreuve comprend la bascule du pneu, la marche du fermier et le transport de barils de sable.                                         

image