12 avril 2019
Une deuxième édition au profit du Grain d’Sel
Un course de canards pour soutenir les plus démunis
Par: Vincent Guilbault
Louis Aubin et Doris Hamelin, respectivement président du CA et directrice du Grain d’Sel, avec Maxime Poudrier, vice-président aux ventes chez Krono Ford St-Basile. Photo Robert Gosselin | L’Œil Régional ©

Louis Aubin et Doris Hamelin, respectivement président du CA et directrice du Grain d’Sel, avec Maxime Poudrier, vice-président aux ventes chez Krono Ford St-Basile. Photo Robert Gosselin | L’Œil Régional ©

Plus de 4000 canards se feront la course dans la rivière Richelieu pour amasser des fonds pour l’organisme Le Grain d’Sel, le 15 juin prochain, à Belœil. Il s’agit de la deuxième édition de la Course de canards dont la première édition avait permis l’année dernière de recueillir près de 36 000 $ pour financer les activités de l’organisme auprès des familles démunies de la région.

Le concept reste le même : les participants sont invités à se procurer un des 4000 billets au coût de 20 $ pour participer à la course. Chaque canard de plastique jeté à l’eau est assorti d’un numéro de billet. Les canards courseront, transportés par le courant, sur une partie de la rivière Richelieu entre le parc des Patriotes et le restaurant Les Brasseurs du Moulin. Les premiers canards à franchir la ligne d’arrivée permettront au détenteur de billet de remporter différents prix, soit une location de deux ans d’une voiture de marque Ford (1er prix), une mise de fonds de 10 000 $ de Via Capitale Platine (2e), un crédit de 5000 $ chez Lowe’s (3e) et un crédit de 2500 $ chez Voyage en direct Belœil (4e). Le coup de départ de la course se fera à 11 h.
Les organisateurs de la course ont aussi décidé d’impliquer cette année plusieurs restaurateurs du Vieux-Belœil. « L’objectif est aussi d’attirer les gens dans le Vieux-Belœil », souligne Luc Rodier, vice-président du Grain d’Sel. C’est pour cette raison que l’organisme a aussi greffé des bons de réduction aux billets de la course dont la valeur est équivalente à celle des billets chez chacun des restaurateurs.

Centre d’entraide
Le Grain d’Sel aide plus de 80 familles de la région sur une base hebdomadaire. En plus d’offrir un comptoir de dépannage alimentaire avec une offre principalement composée d’aliments périssables, l’organisme propose aussi des ateliers de cuisine familiale et un accès à un jardin collectif.
« Le Grain d’Sel n’est pas qu’un comptoir alimentaire, c’est un centre d’entraide familiale, insiste Doris Hamelin, directrice de l’organisme. On offre des paniers alimentaires aux familles qui en ont besoin, dans douze villes [de la région]. On aide les gens qui ont des problèmes temporaires ou permanents et on intègre les familles dans nos activités. »
En comptant la grande guignolée des médias qui se tient lors de la période des fêtes, l’organisme peut compter sur près de 150 bénévoles, souligne Mme Hamelin.
La Course de canards est une activité de financement importante pour l’organisme qui s’autofinance à hauteur de 80 %. Cette année, l’activité est encore plus importante puisque l’organisme doit déménager et quitter les locaux actuels sur la rue Laurier, dans le Vieux-Belœil, puisque son bail n’a pas été reconduit avec la Commission scolaire des Patriotes, propriétaire du bâtiment.
« Ça renforce le besoin de faire de cette course un succès, souligne Luc Rodier. Un déménagement, ça coûte cher et on doit s’organiser pour quitter les locaux pour le 1er juillet. On a trouvé de nouveaux locaux et finalisé les baux, mais nous avons un peu plus de pression pour en faire un succès. » Pour se procurer un billet : www.graindesel.ca

image