24 septembre 2020
Subvention des produits hygiéniques féminins
Trois femmes mettent de la pression sur les élus
Par: Denis Bélanger

Christine Deniger, Karine Durette et Annie Desharnais. Photo gracieuseté

Trois résidentes de Mont-Saint-Hilaire viennent de lancer une pétition en ligne pour presser le conseil municipal à mettre en place un programme de remboursement pour les produits hygiéniques féminins réutilisables. Au moment de mettre sous presse, environ 145 signataires avaient appuyé la pétition qui sera déposée à la Ville le 5 octobre prochain.

Publicité
Activer le son

Les instigatrices de la pétition sont l’ancienne candidate de Québec solidaire aux dernières élections provinciales en octobre 2018, Annie Desharnais, l’administratrice du groupe Zéro Déchet Vallée- du-Richelieu, Christine Deniger, et Karine Durette. Leur action fait suite à la dernière séance du conseil municipal du 8 septembre où aucun élu n’a voulu appuyer une résolution amenée par le conseiller municipal Émile Grenon Gilbert.

Rappelons que M. Grenon Gilbert souhaitait faire adopter une recommandation du Comité consultatif en environnement et développement durable (CCEDD), comité dont il est membre, pour créer un programme d’aide pour les produits hygiéniques féminins réutilisables. La proposition voulait inclure aussi les produits d’hygiène absorbants réutilisables. Les trois autres élus présents souhaitaient obtenir plus d’information avant de se prononcer sur la question. Le maire Yves Corriveau avait pour sa part donné verbalement son appui à cette idée.

De gros avantages

Les instigatrices de la pétition se sont dites surprises de constater la méconnaissance des élus sur le sujet et des impacts financiers que l’hygiène féminine occasionne chez 50 % de leurs concitoyennes. « Une telle subvention permettrait d’une part la réduction des déchets, mais d’autre part, de contrer la fameuse taxe rose que les femmes paient mensuellement depuis leur tout jeune âge », affirme Annie Desharnais.

Ces citoyennes demandent aussi que la Ville soit cohérente avec sa signature de la Déclaration d’urgence climatique. Selon elles, cette signature implique entre autres des actions concrètes sur le plan environnemental, tel que des incitatifs pour réduire la quantité de déchets qui se retrouvent dans les sites d’enfouissement. « Les [options] zéro déchet gagnent de plus en plus en popularité auprès des gens. Le problème qu’on rencontre souvent, lorsqu’on fait la transition vers les produits lavables, c’est qu’il faut payer un prix de départ plus élevé que les produits jetables. Ce petit coup de pouce de la Municipalité pourrait encourager plusieurs femmes à changer leurs habitudes », souligne Christine Deniger.

Rappelons que Mont-Saint-Hilaire rembourse depuis le 1er janvier 2008 les couches lavables pour enfants.

image