10 mai 2017
Retraite de Weight Watchers après 45 ans à compter les points
Par: Karine Guillet
Juliette Reiber a donné son dernier cours mardi le 2 mai.

Juliette Reiber a donné son dernier cours mardi le 2 mai.

Juliette Reiber est d’abord entrée chez Weight Watchers pour accompagner son mari qui souhaitait perdre du poids. À 83 ans, elle a finalement pris sa retraite de l’entreprise, après avoir passé 45 ans à suivre le populaire régime, à animer des ateliers pour inspirer les membres et avec beaucoup de kilos en moins.

C’est le mari de Mme Reiber qui souhaitait d’abord perdre du poids. Son mari l’a finalement inscrite, contre son gré, ce qui a rapidement attiré l’attention de l’animatrice.

«J’ai dit à l’animatrice que je n’étais venue qu’accompagner mon mari parce qu’il voulait maigrir. Elle m’a dit: Vous en auriez aussi grandement besoin, madame, se rappelle Mme Reiber, en riant. J’ai finalement perdu 63 livres; je pense qu’elle avait raison.»

La résidente de Beloeil aura animé jusqu’à cinq groupes de rencontre pendant toutes ces années. En tant que chargée du groupe, Mme Reiber motive les membres, enregistre les membres et anime les rencontres.

Pendant toutes ces années, la fidèle du leader mondial de l’industrie du régime n’aura pas dérogé du programme. Encore aujourd’hui, elle marche entre trois et cinq kilomètres quotidiennement.

Le programme Weight Watchers propose à ses adeptes de perdre du poids selon un système de pointage. Chaque aliment a une valeur en points selon son apport calorique, le gras ajouté, les protéines et le sucre. L’activé physique donne droit à des points supplémentaires.

Avant le régime, Mme Reiber se souvient d’avoir vécu de nombreuses années avec un surplus de poids, notamment accumulé à la suite de ses grossesses. «J’ai déjà été grasse et j’ai détesté ça […] On ne s’habille pas comme on veut et j’ai haï ça. Une fois que j’ai atteint mon poids idéal, je me suis dit que j’allais tout faire pour le garder.»

Une évolution
Le programme de régime de Weight Watchers a d’ailleurs énormément changé depuis ses débuts vers une méthode moins restrictive, estime Mme Reiber. Elle se souvient qu’à ses débuts, elle et son mari se couchaient à 20h30 en même temps que les enfants, «parce qu’on avait trop faim», ce qui n’est plus le cas aujourd’hui.

«Quand j’ai commencé, il fallait boire du lait, manger du poisson et du foie; les trois affaires que j’haïssais. Le lait, j’ai appris à le prendre avec des céréales. Le foie, j’ai appris à le faire cuire et je viens à bout d’en manger», dit-elle.

Suivre l’exemple
La détermination de Mme Reiber en a d’ailleurs inspiré plus d’un. Pour sa dernière rencontre, près de cinquante personnes étaient présentes.

«Nous tenons à lui témoigner notre plus profonde reconnaissance et notre admiration sans bornes pour toutes ces années où elle a su nous guider, nous conseiller, transformer nos habitudes de vie par son exemple, son écoute et sa grande générosité», notent Lina Tremblay, Johanne Boudreault, Françoise Arbour et Micheline Dubé.

«Vous avez toute mon admiration pour votre discipline personnelle sans faille et votre persévérance. Vous êtes un modèle pour moi. Merci d’être aussi inspirante», dit pour sa part Johanne Jalbert.

image