9 août 2015
Réseaux sociaux : présence marginale pour nos municipalités
Par: Karine Guillet
Seulement quatre municipalités de la région utilisent Facebook.

Seulement quatre municipalités de la région utilisent Facebook.

Seules quatre des municipalités de la Vallée-du-Richelieu sont présentes sur Facebook, selon ce qu’a constaté L’Œil Régional. De plus, seulement deux ont plongé dans l’aventure Twitter.

Publicité
Activer le son

Seules quatre des municipalités de la Vallée-du-Richelieu sont présentes sur Facebook, selon ce qu’a constaté L’Œil Régional. De plus, seulement deux ont plongé dans l’aventure Twitter.

Le journal avait déjà étudié la présence des municipalités de la région sur les réseaux sociaux en 2012. Trois ans plus tard, le constat est encore similaire.

Saint-Denis-sur-Richelieu, Belœil, Saint-Marc-sur-Richelieu et Saint-Jean-Baptiste assurent une présence constante sur Facebook. Saint-Basile-le-Grand a pour sa part confié au Centre d’écologie urbaine de Montréal le mandat de gérer sa page Facebook sur le budget participatif.  

 Belœil et Mont-Saint-Hilaire sont aussi actives sur Twitter et YouTube.

Veille difficile

Le conseil municipal de Saint-Basile-le-Grand souhaite que la municipalité fasse éventuellement son entrée sur les réseaux sociaux. Le directeur général, Jean-Marie Beaupré, souligne cependant que le projet a dû être mis sur la glace. «La difficulté est toute la veille que ça requiert. Faire de la veille, ça demande des gens, mais actuellement, le personnel que j’ai ne peut pas l’effectuer avec toutes les tâches qui leur sont demandées.»

M. Beaupré précise néanmoins que cette pause ne veut pas dire que la ville rejette définitivement les réseaux sociaux. Il souligne que la Ville continue de faire l’apprentissage de ces voies de communication grâce à la page pour le budget participatif.

À Mont-Saint-Hilaire, la responsable des communications, Audrey Collin, confirme que la ville pense à joindre Facebook. «C’est populaire. Il y a de plus en plus de villes qui l’utilisent et ça rejoint un plus grand nombre de gens. C’est sur la table, mais il n’y a pas de décision finale de prise.»

Segmenter l’information

Présente sur les réseaux sociaux depuis l’automne 2012, Belœil a choisi de concentrer ses activités sur deux comptes Facebook, l’un pour la municipalité et l’autre au nom de la maison de la culture Villebon, spécialement dédié à l’offre culturelle.  

«Il y a des gens qui veulent savoir c’est quoi les spectacles, mais pas quand sortir les poubelles. Nous ne voulons pas tanner les gens et les noyer avec de l’information qu’ils ne veulent pas recevoir», explique la porte-parole de la ville de Belœil, Geneviève David.

La mairesse de Saint-Jean-Baptiste, Marilyn Nadeau, s’est pour sa part créé une page où les citoyens peuvent interagir avec leur élue en plus de la page d’information générale de la Ville.

Vers d’autres médias sociaux?

Belœil a étudié la possibilité de rejoindre d’autres réseaux sociaux comme Instagram et Pinterest, mais Geneviève David indique que Facebook et Twitter demeurent les médias sociaux qui desservent le mieux les objectifs de communication de la ville. «[Pinterest et Instagram] sont quand même des médias très populaires. Est-ce que ce sont des médias ou les citoyens s’attendent à retrouver la ville? Est-ce que ça répond à un besoin. C’est la question que nous nous posons», explique-t-elle.

image