10 décembre 2015
Randonneurs imprudents : Mont-Saint-Hilaire demande à Québec d’agir
Par: Denis Bélanger
Randonneurs imprudents : Mont-Saint-Hilaire demande à Québec d'agir

Randonneurs imprudents : Mont-Saint-Hilaire demande à Québec d'agir

Le maire de Mont-Saint-Hilaire, Yves Corriveau, en a assez de payer pour les gens qui se perdent en montagne à des endroits où il est interdit de circuler. La municipalité demande formellement au gouvernement de lui donner le pouvoir de facturer aux gens imprudents les coûts engendrés par le sauvetage.

Dans une résolution adoptée le 7 décembre, les élus demandent plus précisément que soit modifié le Règlement sur les conditions ou restrictions applicables à l’exercice des pouvoirs de tarification des municipalités. La pénalité souhaitée par Mont-Saint-Hilaire s’adresserait aussi aux gens qui se mettent dans des situations périlleuses en dehors des heures permises. La résolution doit être envoyée au ministère des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire.

Cette demande survient à la suite de deux événements qui se sont produits cette année, en juin et en septembre.  L’événement de juin avait mobilisé une soixantaine de personnes pour secourir quatre randonneurs qui s’étaient aventurés dans la falaise Dieppe. Pour le sauvetage des deux randonneurs de Drummondville, en septembre, la facture s’élevait entre 2600$ à 3000$.

Pour  l’instant, Yves Corriveau affirme ne pas chercher d’autres appuis auprès des Villes voisines ou de l’Union des municipalités du Québec. «Je ne suis pas très optimiste, mais je pense qu’il faut commencer quelque part. Ça sera un début d’une longue série d’événements qui va faire en sorte que Québec va comprendre. On met d’autres vies en danger pour sauver quelqu’un qui savait très bien qu’il n’avait pas d’affaire là. Quand j’entends les jeunes parler à la télévision comme si c’était un party, ça me dérange.» 

image