23 février 2016
Radar photo mobile: une vraie mine d’or à Beloeil
Par: L'Oeil Régional
Depuis novembre 2015, un radar photo mobile a été installé à Saint-Marc-sur-Richelieu entre le chemin Lafrenière et la rue Handfield.

Depuis novembre 2015, un radar photo mobile a été installé à Saint-Marc-sur-Richelieu entre le chemin Lafrenière et la rue Handfield.

Le radar photo mobile déployé cet été sur l’autoroute 20 à Beloeil, lors de la reconstruction du viaduc de la montée Saint-Jean-Baptiste, a émis 4859 billets d’infraction à des automobilistes au pied pesant.

Consultez notre carte interactive pour découvrir combien rapporte à l’État le radar photo près de chez vous.

Ce nombre d’infractions remis pour des excès de vitesse représente un montant de 925 640$, selon le Rapport sur les constats signifiés du ministère québécois de la Justice en date du 31 janvier 2016.

Parmi les 154 emplacements surveillés par radar photo mobile au Québec, le site de Beloeil a été jusqu’à maintenant l’un des neuf plus lucratifs en terme monétaire.

L’appareil a été présent sur cette portion de l’autoroute 20 entre le 25 juillet et le 25 septembre 2015, soit durant les travaux pour la reconstruction du viaduc de la montée Saint-Jean-Baptiste.

«C’est un radar qui [était] là en rotation parmi d’autres sites, d’autres chantiers. Ça ne veut pas dire qu’il a été là les deux mois, jour après jour», précise la porte-parole au Ministère des Transports du Québec (MTQ), Sarah Bensadoun.

Mme Bensadoun ne connaît toutefois pas le nombre de jours durant lesquels le radar photo était aux abords du chantier. «C’est géré par la Sûreté du Québec. C’est elle qui a le mandat d’établir un calendrier et de s’occuper de faire la rotation des appareils.»

Les emplacements des radars photo sont choisis en fonction de différents critères comme le débit de circulation et la présence de problèmes d’accident, explique le MTQ.

À Saint-Marc et Sainte-Marie-Madeleine

Depuis l’automne 2015, le MTQ cible aussi avec un radar photo mobile la route 223 à Saint-Marc-sur-Richelieu et la route 116 à Sainte-Marie-Madeleine.

En date du 31 janvier, les appareils de Saint-Marc-sur-Richelieu et de Sainte-Marie-Madeleine avaient «flashé» 143 et 162 fois respectivement. La valeur totale des amendes s’élève à 12 323$ et de 14 723$ depuis leur installation.

L’argent que perçoit l’État québécois avec les radars photo est automatiquement versé dans le Fonds québécois de la sécurité routière qui sert à financer des mesures pour améliorer la sécurité routière comme l’achat de radars photo.

Dans leur ensemble, les radars photo mobiles ont engendré jusqu’à maintenant pour plus de 28 M$ en constat d’infraction.

118 283$ à Longueuil

Les cinq nouveaux radars photos installés sur le territoire de Longueuil ont aussi été profitables depuis leur installation en octobre dernier, engrangeant 118 283$ en à peine trois mois.

Les cinq radars, qui se situent sur les boul. Cousineau, Roland-Therrien, Taschereau, Gaétan-Boucher et Fernand-Lafontaine, ont été progressivement mis en service à partir de la mi-octobre.

Depuis, ce sont 1356 contraventions qui ont été acheminées à des conducteurs fautifs.

Le radar le plus lucratif est celui installé au coin des boul. Roland-Therrien et Curé-Poirier, alors que les 500 clichés captés ont cumulé quelque 43 556$ en contraventions.

Celui situé sur le boul. Gaétan-Boucher suit de près avec 449 constats émis pour près de 40 000$.

À l’opposé, ceux installés sur les boul. Fernand-Lafontaine et Taschereau n’ont pas scintillé bien souvent, alors que seulement 30 et 13 automobilistes s’y sont respectivement fait prendre pour des montants de 2 808$ et 1 032$.

Avec la collaboration d’Arnaud Koenig-Soutière

image