29 janvier 2016
Prédiction Pascal-Kovalev 2
Par: Denis Bélanger

J’ai trouvé la stratégie qui garantira la victoire à Jean Pascal samedi face à Sergey Kovalev, détenteur de trois des quatre titres mondiaux des mi-lourds. En fait, c’est de fabriquer un masque du visage de Pascal et de le donner à Adonis Stevenson. Kovalev respectera moins la gauche de Pascal pour finalement découvrir la force dévastatrice de Superman et ainsi embrasser le plancher.

Cette petite touche d’humour illustre bien mon opinion de ce combat. Depuis l’annonce du combat revanche, il n’a jamais été question dans mon esprit de déterminer si Pascal gagnerait ou non. Non, mon dilemme est d’essayer de deviner le nombre de rounds que durera le combat. Un entraîneur me disait récemment : «à la boxe on sait jamais». C’est vrai et je n’ai pas eu peur de faire des prédictions audacieuses. J’ai toujours trouvé que les journalistes et analystes faisaient preuve parfois de conservatisme. Il faut être audacieux, mais réaliste tout de même.

Sergey Kovalev n’est pas seulement un dur cogneur, il est un bon boxeur. Il est de l’école russe. Il est froid, calme, et méthodique. Gennady Golovkin et Artur Beterviev ont le même comportement. Ils ne s’énervent pas trop. Kovalev me fait penser à un assassin professionnel. Il a une cible à atteindre et le fait, car c’est une question de business. Et il a prouvé aussi qu’il a une certaine résistance. Ajoutez à tout cela que la force de frappe de Jean Pascal n’est pas aussi redoutable, n’ayant enregistré que deux K.O. depuis qu’il est devenu champion du monde en 2009. Kovalev, lui en a 25 en 29 sorties. Certains ramènent sur le tapis la surprise qu’avait causée Buster Douglas contre Mike Tyson en 1990. Douglas était un inconnu alors que Pascal, on sait qu’il a des atouts. De plus, rappelons-nous quel genre de moineau était Iron Mike. Évidemment, on n’a pas toute l’information sur le comportement hors ring de Sergey entre les combats.

 

D’un côté de la médaille, l’ajout de Roach dans le coin de Jean Pascal et le fait de rappeler constamment la haine entre les deux boxeurs m’ont l’air des moyens de vendre des billets, car dans le fond, on croit que sera une balade dans le parc pour Kovalev. Ajoutons que Pascal travaille avec Roach depuis très peu de temps et qu’il a eu un combat difficile contre Yunieski Gonzalez en juillet. Russ Anber, qui sera encore à ses côtés samedi, a dit cet automne que Pascal ne lui avait pas démontré dernièrement des choses dans le gymnase pouvant lui laisser croire que la victoire est possible.

Mais de l’autre côté de la médaille, ce que Pascal a démontré en sollicitant ce combat revanche, c’est de l’entêtement. Un entêtement accompagné d’un grand orgueil de vouloir durer plus longtemps que la première fois. Et ne négligeons pas les changements qu’a faits Jean Pascal dans son entourage. En plus de Freddy Roach, Jean Pascal s’est également adjugé en 2015 les services de Chris Byrd pour améliorer sa défensive. L’instinct de survie de Jean est très très fort. Ajoutons que Kovalev a du mépris, ce qui pourrait lui jouer des tours.

Jean Pascal n’est toutefois pas là pour se contenter de dire qu’il a été jusqu’à la limite. Il va là pour gagner. C’est cet entêtement qui lui causera sa perte dans les derniers rounds. En voulant décrocher la victoire, il prendra des risques. Mon pronostic, K.-O. au 10e ou au 11e round.

image