22 avril 2016
Possible cas de maltraitance animale: aucun chien saisi
Par: L'Oeil Régional
Les portes de la remorque sont vérouillées.

Les portes de la remorque sont vérouillées.

Des chiens enfermés dans une remorque sont toujours présents sur le terrain d’un motel de Mont-Saint-Hilaire. Aucune saisie n’aurait ainsi été faite, trois jours après le dépôt d’une plainte au Ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ) pour un possible cas de maltraitance animal.

Vendredi matin, L’Œil Régional est retourné sur les lieux. Il a été possible de voir un chien en liberté à l’intérieur de la remorque et d’entendre des aboiements. Quelques fenêtres étaient ouvertes, contrairement à mercredi, lors de notre premier passage.

Toutefois, difficile de déterminer le nombre de cages et de chiens. La remorque, située sur le terrain du motel du chemin du Ciné-parc, près de l’autoroute 20, semble être encombrée de divers objets. Les portes avant et arrière sont verrouillées par des cadenas.

Sans vouloir donner de détails sur les inspections et les mesures entreprises, le MAPAQ confirme que le dossier est toujours ouvert.

Selon les procédures, le Ministère doit suivre différentes étapes avant d’en arriver à une saisie: recommandations, avis de non-conformité et rapport d’infraction. Mais dans une situation jugée «urgente ou très grave», le MAPAQ peut saisir sur le champ les animaux sans passer par toutes ces étapes, ce qui ne semble pas être le cas pour cette remorque de Mont-Saint-Hilaire.

«La saisie d’animaux, c’est quand on se rend contre que les animaux ont besoin de soins immédiats», explique le porte-parole du MAPAQ, Yohan Dallaire-Boily.

Mardi, des inspecteurs du MAPAQ se sont rendus sur place. Un avis d’inspection avait été placé sur la porte avant de la remorque, a rapporté TVA Nouvelles. Au passage du journal, mercredi matin, cet avis avait disparu.

Cas de négligence?

La plainte a été portée par une personne «qui a jugé qu’il y avait une situation inacceptable concernant des animaux», indique M. Dallaire-Boily.

La personne qui a porté plainte s’est confiée à TVA Nouvelles. Sous le couvert de l’anonymat, elle a dit être convaincue de se trouver devant un cas de négligence et que le propriétaire fait de l’élevage de chiots. «On ne sait pas s’ils ont de la bouffe, on ne sait pas s’ils ont de l’eau. On ne sait pas ça fait combien de temps. Ont-ils passé l’hiver là? Est-ce chauffé? Est-ce ventilé? Il y a des règlements à suivre pour les éleveurs», a-t-elle exprimé.

Le propriétaire du motel n’était pas présent lors des visites de L’Œil Régional.

Inquiétude

Denise Loiselle, ex-conseillère municipale à Mont-Saint-Hilaire et impliquée dans la cause des animaux, est allée voir la remorque, mercredi matin, après avoir été informée de la situation.

Elle s’est dite inquiète. «On ne peut pas porter de jugement tant et aussi longtemps qu’il n’y pas eu de vérifications des autorités compétentes», précise toutefois Mme Loiselle.

image