28 novembre 2018
PPU centre-ville
Plusieurs solutions pour améliorer la circulation
Par: Denis Bélanger
Environ 70 personnes sont venues à l’activité portes ouvertes pour s’informer davantage sur le PPU du centre-ville.
Photo: Robert Gosselin

Environ 70 personnes sont venues à l’activité portes ouvertes pour s’informer davantage sur le PPU du centre-ville. Photo: Robert Gosselin

La Ville de Mont-Saint-Hilaire propose plusieurs interventions et solutions dans son ébauche actuelle du plan particulier d’urbanisme (PPU) du secteur du centre-ville pour améliorer la fluidité de la circulation à l’intersection des rues Fortier et Saint-Georges et du boulevard Sir-Wilfrid-Laurier.

Les employés de l’urbanisme ont eu à se pencher sur des solutions dans le cadre du projet de développement de la rue Saint-Georges qui entraînerait la construction d’un bâtiment de quatre étages contenant le IGA Pepin et environ 75 logements locatifs. Il est proposé d’enlever les deux panneaux d’arrêts sur Fortier à la hauteur de la rue Charlevoix. Le panneau d’arrêt sur cette dernière rue serait conservé. De plus, on souhaite sécuriser le passage pour piétons sur Fortier à cette intersection. Le PPU relance aussi l’idée d’ajouter un feu de circulation à l’intersection de Fortier et Campbell. Cette rue a fait l’objet de travaux de réfection dernièrement et le conseil municipal avait finalement dû remettre à plus tard l’ajout du feu.
Pour ce qui est de l’intersection Saint-Georges/Fortier/116, deux scénarios sont sur la table. Si Saint-Georges demeure à sens double, les deux voies de Fortier permettraient le virage à gauche sur la 116. Si Saint-Georges est à sens unique, il n’y aurait aucune modification dans les voies de virage. Dans une telle avenue, il deviendrait plus facile de circuler en ligne de Fortier à Saint-Georges vu qu’il n’y aurait plus de voitures provenant du sens inverse.

Autres modifications
Le PPU amènera plusieurs autres modifications sur le plan des usages permis pour les futures constructions dans chacune des zones du centre-ville afin, notamment, de préserver des vues. Sur la rue Saint-Georges, la nouvelle réglementation permettra seulement des commerces reliés à la restauration et à l’alimentation au rez-de-chaussée. Les usages de bureaux seront permis aux étages supérieurs. De plus, sur le côté impair de la rue, où on retrouve la Banque de Montréal, le nombre d’étages permis a été réduit à trois et la hauteur à 14 mètres.
Sur la portion commerciale de Sir-Wilfrid Laurier, la municipalité vient jouer avec les hauteurs et le nombre d’étages permis. Au coin de Fortier, notamment, la limite est de deux étages et de 13 mètres. En plus, on permet maintenant des deux côtés de cette portion de la 116 l’usage public et institutionnel.
Pour le secteur institutionnel, où se trouvent l’hôtel de ville, la bibliothèque et le centre aquatique, l’adoption du PPU permettrait dorénavant un usage résidentiel, soit de sept logements et plus. Les bâtiments auraient une hauteur maximale de 17 mètres.
Puis, dans le secteur de la rue Blain, qui compose aussi le centre-ville, l’usage commercial et bi-familial sera retiré. L’usage multifamilial sera étendu à l’ensemble de la rue, mais pour un maximum de quatre logements. La municipalité souhaite aussi revoir la configuration de l’intersection de Blain et de la 116.
Environ 70 citoyens de Mont-Saint-Hilaire ont pu prendre connaissance de ces modifications lors d’une journée portes ouvertes tenue la semaine dernière au Pavillon Jordi-Bonet. La prochaine étape du dossier se tiendra le 4 décembre, lors de la tenue d’une consultation publique sur le CCU.

image