22 juillet 2016
Pilotes en état d’ébriété: Air Transat dédommagera les voyageurs importunés
Par: L'Oeil Régional
Pilotes en état d'ébriété: Air Transat dédommagera les voyageurs importunés

Pilotes en état d'ébriété: Air Transat dédommagera les voyageurs importunés

ÉCOSSE. Air Transat assure que tous les passagers qui ont été importunés en début de semaine par l’arrestation de deux de ses pilotes soupçonnés d’être en état d’ébriété avant de prendre les commandes d’un avion seront indemnisés.

 

Dans un communiqué, le transporteur aérien a confirmé jeudi que ceux-ci seront dédommagés en vertu de la réglementation européenne, qui prévoit un dédommagement de 600 euros en cas d’annulation d’un vol dont le trajet dépasse 3500 kilomètres.

Pour ce faire, l’entreprise invite les passagers du vol TS725 qui devait faire la liaison Glasgow-Toronto à communiquer avec son service à la clientèle.

Cela pourrait ainsi faire grimper à environ 210 000$ la facture d’Air Transat si chacun des quelque 245 passagers se prévalent de la compensation prévue par les règles de l’Union européenne.

Initialement, Air Transat avait offert une indemnisation de 200$ applicable sur un prochain vol aux voyageurs.

Entre-temps, le transporteur refuse toujours de commenter l’arrestation de Jean-François Perreault, âgé de 39 ans, et Imran Zafar Syed, âgé de 37 ans, qui sont suspendus jusqu’à la fin de l’enquête interne, dont la durée demeure indéterminée.

«En matière de consommation d’alcool, les réglementations canadienne et européenne auxquelles nous sommes assujettis sont très strictes, nos règles internes le sont encore plus, a indiqué le président-directeur général de l’entreprise, Jean-François Lemay. Nous ne tolérons aucun écart à cet égard.»

Les deux hommes ont été appréhendés lundi à Glasgow, en Écosse, en raison de leur état d’ivresse avant de prendre les commandes d’un Airbus A310.

Accusés à titre personnel en vertu de la loi sur la sécurité des transports au Royaume-Uni, les deux hommes devraient comparaître de nouveau prochainement, selon des médias locaux.

L’article 93 de la loi britannique interdit à un pilote «d’effectuer une fonction lorsque la proportion d’alcool dans son haleine, son sang ou son urine dépasse la limite prescrite». La limite prescrite en question est de neuf microgrammes d’alcool par 100 millilitres.

Transports Canada a déjà précisé que le ministère suivait la situation et qu’il comptait se pencher sur le dossier des deux pilotes.

Air Transat est le transporteur aérien exploité par le voyagiste québécois Transat A.T.

La Presse Canadienne

image