16 mai 2019
Pas avant 2021 pour un écocentre régional
Par: Sarah-Eve Charland

L’écocentre de Beloeil fermera ses portes avec l’ouverture de l’écocentre régional. Photo Robert Gosselin | L’Œil Régional ©

L’implantation d’un écocentre régional ne verra pas le jour avant 2021. Les maires de la région commencent à montrer leur impatience à voir ce projet se réaliser.

« Je suis rentré en 2017. On en parlait déjà. Tout le monde est d’accord. Tout le monde veut en avoir un. Un moment donné, il faut aller de l’avant, déplore le maire d’Otterburn Park, Denis Parent. […] En campagne, on a déjà vu ça, des laveuses et des TV dans le fossé. C’est triste. Ce sont des réalités qui arrivent des fois. On attend ça avec impatience. Ça ne bouge pas. J’aurais pensé que ce serait réalisé plus rapidement. »

Actuellement, chacune des villes se débrouille pour gérer les matières résiduelles. À Otterburn Park, la Ville met des conteneurs à la disposition des citoyens. Toutefois, les heures d’ouverture sont limitées.

« Ça nous coûte un bon prix et ce n’est pas un bon service pour les citoyens. On n’est pas ouvert les fins de semaine. On veut un écocentre ouvert les heures où les citoyens peuvent s’y rendre. Les entrepreneurs ne peuvent pas y déposer des matériaux de construction. Il y a des collectes de déchets dangereux à différentes dates dans l’année dans différentes municipalités. On ne peut pas récolter les SerPuARiens. Dans un écocentre, on peut tout amener. »

Les municipalités cèdent leur compétence

Selon le maire de Saint-Charles-sur-Richelieu, Marc Lavigne, les discussions sur la gouvernance sont la cause des délais dans le dossier. Au lieu d’opter pour une régie, les municipalités ont choisi de léguer la gestion des matières résiduelles à la MRC de la Vallée-du-Richelieu.

Les municipalités ont jusqu’à la fin juin pour céder la compétence pour la gestion des matières résiduelles qui transitent par écocentre, par une résolution. Sur le territoire de la MRC de la Vallée-du-Richelieu, seules Chambly et Saint-Antoine-sur-Richelieu n’avaient pas manifesté leur intérêt.

« Tout est bien aligné pour réaliser l’écocentre [régional]. L’objectif est de le mettre en place en 2021. […] Le plus difficile est derrière nous. Les choses vont se mettre en place », croit M. Lavigne.

Le projet a fait l’objet d’une étude préliminaire sur les coûts d’implantation et d’exploitation, incluant l’implantation d’écocentres satellites à Carignan et à Saint-Denis-sur-Richelieu. Il est trop tôt pour se prononcer sur les coûts du projet, selon M. Lavigne.

Le terrain a été ciblé. Il appartient à la Ville de Mont-Saint-Hilaire et il est situé en face des Encans Ritchie Bros, près de l’autoroute 20. Les négociations entre la MRC et la Ville n’ont pas encore commencé. Les installations de l’écocentre actuel de Mont-Saint-Hilaire pourraient faire l’objet de redéveloppement, selon la porte-parole de la Ville, Véronique Robert.

La Ville de Beloeil prévoyait déménager son écocentre, qui se situe en zone résidentielle, vers le parc industriel. Avec le nouveau projet d’écocentre régional, le déménagement des installations beloeilloises n’est plus à l’ordre du jour. L’écocentre de Beloeil fermera ces portes avec l’ouverture de l’écocentre régional.

image