23 avril 2020
Nicola Riopel vient en aide aux joueurs de l’ECHL
Par: Denis Bélanger

L’ancien gardien de but originaire de Belœil et agent de joueur, Nicola Riopel, a contribué par l’entremise de son agence au fonds d’aide de la ECHL. La ECHL est la troisième ligue professionnelle d’importance en Amérique du Nord derrière la Ligue nationale de hockey (LNH) et la Ligue américaine de hockey (LAH).

Publicité
Activer le son

La pandémie de la COVID-19 a forcé l’annulation des trois dernières semaines d’activités du circuit. Une décision qui a eu pour effet de couper autant de semaines de paye pour les joueurs. Riopel s’est senti interpellé, car il a notamment joué dans ce circuit avant d’accrocher ses jambières en 2018. Il avait même occupé le poste de représentant de son équipe au sein de l’association des joueurs.

« Moi, j’ai été chanceux, j’avais des contrats dans la LAH avec de bonnes conditions, même si je jouais dans l’ECHL. Mais j’ai côtoyé des joueurs qui ne gagnaient pas cher. Les salaires ne sont pas énormes. Une recrue va gagner 560 $ brut par semaine pour un total de 15000 $ en devise américaine pour toute une saison. Un vétéran, ou le meilleur, va toucher entre 1000 $ et 1200 $ hebdomadairement, pour un salaire annuel variant de 26 000 $ à 30 000 $; et ils ne sont pas légion à être payés à ce salaire. »

De l’avis de Riopel, plusieurs joueurs avaient absolument besoin de ces trois dernières semaines de paye. « Certains, après la saison, occupaient des emplois saisonniers pour boucler l’année. Mais avec la situation actuelle de la pandémie, ils risquent de ne pas avoir ce revenu. […] Si la ligue avait continué d’être en suspens au lieu d’annuler immédiatement, on aurait pu voir des équipes se dissoudre, ce qui aurait signifié moins de jobs pour les joueurs l’an prochain. »

Nicola Riopel avait négocié le contrat d’un seul joueur dans le circuit de la ECHL. Plusieurs autres joueurs de cette ligue se sont toutefois ajoutés en cours de saison à sa liste de clients.

Inquiétudes

La pandémie de la COVID-19 cause bien des inquiétudes aux clients de Nicola Riopel. Plusieurs de ses hockeyeurs voulaient quitter l’ECHL pour l’Europe afin d’avoir de meilleurs salaires et une meilleure qualité de vie.

« Mais en Europe, ce sont les commanditaires qui font le budget. Celui qui devait donner de bons montants va peut-être plutôt souffrir en raison de la crise économique, lance le cerbère retraité. Certains joueurs sont aussi stressés alors que l’Europe pourrait être réticente la saison prochaine à ouvrir ses portes aux Américains. »

La situation inquiète les joueurs des différents circuits amateurs qui s’attendaient à être repêchés puisque les conditions d’entraînements sont différentes. « Ces joueurs espéraient arriver en forme à un camp d’entraînement pour montrer tout leur talent. Si certains ont la chance d’avoir des gyms, d’autres sont en condos ou en appart avec leurs frères et sœurs. Certains jeunes n’ont pas encore acquis toutes les notions d’entraînement. Nous travaillons en collaboration avec les préparateurs physiques justement pour préparer un programme d’entraînement pour l’été. »

image