17 avril 2020
L’Œil sur le conseil
Mont-Saint-Hilaire en bref
Par: Denis Bélanger

Les élus de Mont-Saint-Hilaire se sont réunis en séance du conseil le 6 avril dernier. Voici quelques faits saillants.

Publicité
Activer le son

Prolongation d’une réserve foncière

La Ville de Mont-Saint-Hilaire vient de prolonger jusqu’au 31 mai 2022 la réserve foncière qu’elle avait imposée sur la résidence située au 219, rue Saint-Georges. La Municipalité souhaite acquérir par voie d’expropriation la propriété dans le but de faire déboucher la rue du Centre-Civique sur la rue Saint-Georges, et ce, dans le cadre du développement de Saint-Georges. La valeur de la propriété a augmenté considérablement avec l’entrée en vigueur du nouveau rôle d’évaluation foncière en 2020, passant de 211 000 $ à 346 000 $.

Achat du stationnement

La Municipalité fera l’acquisition au coût de 81 500 $ du stationnement situé devant le quai sur le chemin des Patriotes. Il appartenait à l’entrepreneur Rocky Vachon qui exploite le bâtiment commercial hébergeant notamment le Café du passeur et la pizzeria Ramone, situé en face du stationnement. Cette acquisition s’inscrit dans le cadre de l’aménagement du passage piétonnier à l’intersection des Patriotes et de la rue Saint-Anne pour entre autres y installer un espace avec table.

Plan d’action pour les personnes handicapées

Le conseil municipal a adopté le plan d’action à l’égard des personnes handicapées pour l’année 2020. Ce document de travail prévoit plusieurs mesures au cours des prochains mois selon le maire Yves Corriveau. La Ville veut entre autres aménager des tables de pique-nique adaptées au parc de la Gare et installer huit plaques podotactiles sur les trottoirs du boulevard Sir-Wilfrid-Laurier, des dispositifs qui permettent d’informer les personnes aveugles ou mal voyantes que la rue est proche. « Tout cela viendra s’ajouter aux actions de 2019. L’an dernier, nous avons acheté des sièges adaptés pour les balançoires, aménagé des trottoirs accessibles pour la nouvelle école, acquis une tente-repos pour le camp de jour ainsi que des jeux de société adaptés pour la bibliothèque », a ajouté le maire Yves Corriveau.

Les branches d’arbres broyées à Mont-Saint-Hilaire

La Ville de Mont-Saint-Hilaire se propose de recueillir à son écocentre les branches d’arbres des citoyens des municipalités de la MRC de la Vallée-du-Richelieu. Les branches sont actuellement envoyées à l’usine de biométhanisation de Varennes, administrée par la Société d’économie mixte de l’est de la couronne sud (SEMECS), consortium dont fait partie la MRC de la Vallée-du-Richelieu. La SEMECS estime que le traitement des branches engendre des coûts supplémentaires et que ces matières devraient être traitées dans un centre de compostage. Les dépenses associées au broyage des branches provenant des municipalités ayant adhéré́ au projet seront réparties au prorata du nombre d’unités d’habitation déclaré pour les matières résiduelles.

Lutte à l’herbe à poux

La Ville de Mont-Saint-Hilaire va mettre en œuvre le projet « L’herbe à poux : pas chez nous » pour contrôler l’introduction et la propagation de l’herbe à poux. La Ville a même obtenu une aide financière non récurrente de 16 041,44 $ du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) dans le cadre de la Stratégie québécoise de réduction de l’herbe à poux et des autres pollens allergènes. La Ville s’engage de son côté à fournir la main-d’œuvre et les fonds nécessaires à la réalisation du projet pour un montant de 4680,06 $. Notons que le Centre de la nature et l’Association des citoyens de Mont-Saint-Hilaire ont signifié leur intention de vouloir contribuer au projet.

image