10 mai 2018
Mitsubishi Outlander PHEV : la solution magique?
Par: Marc Bouchard

Il y a peu d’utilitaires sport qui utilisent le mode électrique. En fait, à l’exception du Tesla Model X, dont la décence m’empêche d’en parler en raison de son prix abusif qui outrepasse les 150 000 $, il n’y a dorénavant qu’une seule possibilité : le Mitsubishi Outlander PHEV.

Petite précision : les lettres PHEV signifient simplement Plug In Hybrid Electric Vehicle. En termes clairs, il suffit de le brancher pour bénéficier d’une propulsion électrique en tout ou en partie. Le mot hybride faisant ici référence à l’usage d’un moteur à essence sous le capot, combiné à la propulsion électrique.

Le Mitsubishi Outlander PHEV est une véritable star sur le marché. Il est le plus vendu de la famille Mitsubishi et affiche une popularité importante au cours des dernières semaines. Popularité bien méritée, faut-il le dire, puisque le véhicule remplit, du moins partiellement, ses promesses.

Technologie

La technologie sous le capot du Outlander PHEV n’est pas exactement nouvelle puisque le véhicule lui-même est vendu depuis quelques années en Europe. Simplement dit, un moteur à essence 4 cylindres 2,0 litres de 117 chevaux est chargé de mouvoir la voiture et, occasionnellement, d’agir comme une génératrice pour recharger la batterie.

Le support électrique provient de deux moteurs électriques, un à l’avant et un à l’arrière, alimenté par une batterie de 12 kWh, ce qui est tout juste un peu en deçà de la limite fixée par le gouvernement du Québec pour l’aide financière à l’achat. On doit donc se contenter de la moitié de l’aide, soit 4 000 $.

Une fois ces choses dites, il faut comprendre que la voiture démarre d’abord en mode électrique. Elle pourra parcourir ainsi entre 35 et 40 kilomètres de distance sans consommer la moindre goutte de carburant, ce qui peut sembler bien peu, j’en conviens, mais qui répond souvent aux exigences des automobilistes les plus urbains d’entre nous.

Entre vous et moi, cependant, j’avoue que j’aurais bien aimé un peu plus d’autonomie, ce qui rendrait l’achat du Mitsubishi encore plus intéressant. Une fois les 40 kilomètres parcourus, ou lorsque vous roulez sur l’autoroute par exemple, le moteur à essence prend le relais. Un bouton appelé poétiquement « Charge » vous permet d’utiliser la puissance libre du moteur pour recharger, partiellement, la batterie.

Ainsi, pour une distance entre la Rive-Sud et Montréal, vous serez capable de récupérer quelques kilomètres d’autonomie purement électrique.

Autrement, il faut faire appel au branchement. Ici, il faut bien l’admettre, l’usage n’est pas abusif. Sur une prise ordinaire de maison, il faudra environ 7 à 8 heures pour une recharge complète. Les détenteurs d’une borne de recharge verront ce temps réduit à 3,5 heures, alors que les usagers des bornes rapides publiques pourront recharger les batteries à 80 % en moins de 30 minutes.

Petit bémol… Une fois le moteur à essence enclenché, le Mitsubishi Outlander PHEV affiche plutôt une consommation de 9,2 litres aux 100 kilomètres, ce qui est loin d’être aussi frugal qu’on pourrait le souhaiter.

Sur la route

Le Outlander PHEV n’a que peu de différence avec son frère régulier. Physiquement, à l’exception de quelques étiquettes, il lui ressemble à s’y méprendre. Dans l’habitacle, les cadrans sont différents, mais on y retrouve l’ensemble habituel de Mitsubishi, avec un levier de vitesse transformé pour l’occasion. Notre modèle d’essai, haut de gamme, comptait notamment sur une sellerie de cuir, toute une gamme d’accessoires et un ensemble de systèmes électroniques embarqués incluant un régulateur de vitesse intelligent et une aide au maintien en voie.

Petit détail, qui n’a à mes yeux qu’une importance relative, la troisième banquette offerte en option sur le Outlander traditionnel disparaît ici au profit des batteries. Pour quiconque ayant déjà été forcé d’y prendre place, c’est presque une bonne nouvelle!

Quant à la conduite, elle est agréable, silencieuse et sans souci. On apprécie aussi le rouage intégral (électrique ou presque puisque les moteurs à l’avant et l’arrière le contrôlent en partie), qui est l’une des grandes qualités des véhicules Mitsubishi.

En résumé

Économique, le Mitsubishi Outlander PHEV? Oui, un peu, selon l’usage que vous en faites, bien entendu. Sachez cependant que sa conduite est agréable et confortable, et qu’il ne fait aucun compromis sur les autres utilitaires sport de la catégorie, ce qui, pour un véhicule aux prétentions vertes, est tout de même un avantage!

image