11 septembre 2015
Meurtre de Julie Morrisson: début de l’enquête préliminaire
Par: L'Oeil Régional
or-09092015-louispelletier.jpg

or-09092015-louispelletier.jpg

JUSTICE. L’enquête préliminaire de Louis Pelletier, accusé du meurtre au premier degré de son ex-conjointe Julie Morrisson, s’est ouverte mardi matin au palais de justice de Saint-Hyacinthe.

Sur une période de huit jours, 25 personnes viendront témoigner en cour. Mardi, six témoins, soit deux civils, deux experts, un inspecteur en incendie et un policier, se sont présentés au palais de justice devant le juge Pierre Bélisle et ont répondu aux questions de la Couronne et de la défense.  

Comme c’est souvent le cas à cette étape des procédures judiciaires, l’enquête préliminaire est frappée d’une ordonnance de non-publication, ce qui nous empêche de rapporter ce que disent les témoins.

Lors de l’enquête préliminaire, la Couronne présente la preuve afin de déterminer si un procès est justifié. Selon l’acte de dénonciation, Julie Morrisson a été tuée «le ou vers le 30 juin 2013» à Mont-Saint-Hilaire. Rappelons que la courtière immobilière d’Otterburn Park avait été retrouvée morte calcinée dans son auto sur le chemin des Trente.

La première fois

Louis Pelletier assiste à l’enquête préliminaire. Mardi, à la demande de son avocate, l’homme de 50 ans a pu être libéré de ses menottes dans le box des accusés afin de pouvoir prendre des notes.

Lors de cette première journée d’audience, la marraine de Julie Morrisson était présente. Claire Garneau souhaite suivre l’ensemble de l’enquête préliminaire.

Pour la première fois, Mme Garneau voyait «en vrai» l’ex-conjoint de sa filleule. «Je l’avais seulement vu dans les journaux. […] Je l’ai fixé. Il m’a regardé et il a ensuite baissé les yeux», a-t-elle raconté à la sortie de la salle de cour, accompagnée de son mari, aussi parrain de la victime.

Mme Garneau s’est dit déçue de voir que peu de membres de la famille assistaient à la première journée de l’enquête préliminaire.

Autres chefs d’accusation

En plus de l’accusation de meurtre au premier degré, Louis Pelletier est accusé d’avoir conseillé de sa cellule le meurtre d’un témoin lié à l’enquête. Il est aussi accusé d’avoir conseillé de commettre des voies de fait avec lésions sur une autre personne qui n’est pas en lien avec le dossier de Julie Morrisson. Ces deux actes, dont les gestes n’ont pas été commis, lui ont valu une accusation d’entrave à la justice.

L’enquête préliminaire s’est poursuivi jusqu’à jeudi et reprendra le 28 septembre pour cinq autres jours.

 

image