16 septembre 2016
Mes impressions sur le BMO Field
Par: Denis Bélanger
Le domicile du Toronto FC.

Le domicile du Toronto FC.

Belle vue dans les 200.

Belle vue dans les 200.

Durant mes vacances, j’ai eu le privilège d’assister à un match de soccer au BMO Field, le domicile du Toronto FC de la Major Soccer League (MLS). J’ai bien apprécié mon expérience. Il faut dire que j’ai été doublement gâté, car l’équipe adverse était l’Impact de Montréal, qui a finalement remporté le match.

Il est toujours plus facile de donner une meilleure cote à un stade quand la qualité du spectacle est excellente et que le pointage est serré. Mais moi, d’ordinaire, quand je vais découvrir un nouveau stade, je ne reviens pas déçu si le pointage a été loin d’être serré. J’ai un plaisir fou à faire des découvertes.

 

Côté architecture, le stade est quand même beau. Sur le plan de l’ambiance, la cote est encore assez élevée. Les partisans de soccer torontois sont passionnés et font vibrer le stade en tapant des mains et du pied. Mon garçon a été surpris la première fois quand il a entendu les premiers applaudissements qui ressemblent à des charges de canon. Il n’y a pas que les adultes qui sont déchaînés. Ma conjointe était étonnée de constater la hargne de jeunes enfants qui avaient le couteau entre les dents.

 

Autre point important, l’emplacement. Le stade est situé dans le centre-ville, pas très loin du stade de baseball des Blue Jays et de l’aréna des Maple Leafs et des Raptors. Mais si vous voulez y aller, je vous conseille de prendre le transport en commun car il faut les trouver les places de stationnement. Un seul point négatif, et ce n’est pas vraiment attribuable au stade,  c’est qu’en début de partie, on pouvait entendre de la musique provenant d’un festival se déroulant tout près. Ça me dérangeait car je voulais entendre les encouragements de la foule, pas la voix d’un chanteur que je ne connais pas.

 

J’ai aussi découvert qu’il y a de l’argent à faire avec ma conjointe. Depuis que nous voyageons ensemble, l’équipe locale n’a gagné qu’une seule fois, soit les Blue Jays en 2009. Depuis, c’est neuf défaites des locaux. Durant mes vacances, nous sommes allés voir aussi les Jays qui ont perdu.

Ma conjointe a vraiment un mauvais sort, car rappelons que l’Impact n’avait jamais gagné à Toronto depuis son entrée en MLS. De plus, durant ce match-là, le onze montréalais a dû se débrouiller pendant toute une demie avec un joueur en moins. On pourrait donc offrir les services de ma conjointe aux équipes professionnelles.  Mais elle est avisée : elle n’a pas le droit d’aller à une partie du Tricolore cette année.

image