5 juillet 2021
L’Œil sur le conseil
McMasterville en bref
Par: Denis Bélanger
Martin Dulac.

Le conseil municipal de McMasterville se réunissait en séance ordinaire le 6 juin. Voici quelques faits saillants.

Publicité
Activer le son

De retour en présentiel

La séance ordinaire du conseil municipal du 5 juillet sera tenue en présentiel à l’hôtel de ville. Les assemblées continueront d’être filmées et diffusées sur internet, une habitude qui a débuté pendant la pandémie.

Il s’agira d’une première assemblée en présentiel depuis le 14 septembre. Tout comme l’ensemble des autres municipalités, McMasterville avait commencé à tenir à huis clos et en visioconférence ses séances publiques au printemps 2020. La Ville a pu tenir des séances devant public en août et septembre derniers avant de revenir le mois suivant en mode huis clos en raison de la deuxième vague de COVID-19.

Surplus de moins de 1 M$

McMasterville a terminé l’année 2020 avec un surplus de 923 140 $ alors que le budget de fonctionnement s’élevait à plus de 9 M$. Cet excédent est attribuable aux droits de mutation sur les transactions immobilières, à des écarts dits favorables dans certains services ainsi qu’à l’aide financière gouvernementale liée à la COVID-19 (400 000 $), qui a été comptabilisée au complet dans l’exercice financier 2020, mais utilisée qu’en partie. Notons que les villes voisines et plus populeuses de Beloeil et de Mont-Saint-Hilaire ont enregistré des surplus de 6 M$ et 7 M$.

Faciliter le vote

À l’instar de ses voisines Mont-Saint-Hilaire et Saint-Jean-Baptiste, McMasterville permettra le vote par correspondance aux personnes âgées de 70 ans et plus. La Municipalité demande aussi au Directeur général des élections du Québec (DGEQ) de permettre le vote par correspondance aux personnes non domiciliées. « Il s’agit de gens qui ont une propriété sur le territoire, mais qui habite une autre ville. Nous avons demandé cet ajout dans le contexte de la COVID-19 », explique le maire Martin Dulac.

Répertoire de conservation

McMasterville soumet le parc du Ruisseau-Bernard au Répertoire métropolitain des initiatives municipales de conservation. Il s’agit d’un projet de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) lui permettant d’avoir un portrait plus juste de la situation des aires protégées du Grand Montréal. Rappelons que le plan métropolitain d’aménagement durable (PMAD) vise à protéger 17 % du territoire de la CMM d’ici 2031. Le parc Ruisseau-Bernard est au cœur des priorités de la Municipalité depuis quelques années avec la mise en marche d’un projet de revitalisation. Les élus ont également accordé à la firme T2 Environnement au coût de 25 000 $ un contrat pour éradiquer du parc les espèces envahissantes.

image