4 mars 2016
Mario Langlois et le quotidien d’une émission de radio sportive
Par: Denis Bélanger
Mario Langlois et le quotidien d'une émission de radio sportive

Mario Langlois et le quotidien d'une émission de radio sportive

L’animateur commentateur-sportif du 98,5 Mario Langlois a un style fort appréciable. Il délaisse le ton agressif pour poser ses questions. Mais il ne lâche pas le morceau et revient à la charge pour avoir l’explication qu’il cherchait. Une de ses forces est de transformer une entrevue radiophonique en une discussion entre amis au point où la personne interviewée oublie qu’elle est en entrevue. Dans un tel état d’esprit, les échanges sont ainsi francs et tirés directs du cœur. Je crois avoir réussi à amener Mario Langlois sur ce terrain.

Je l’ai interviewé la semaine dernière pour parler de la 3e édition du Tournoi de hockey-bénéfice des Patriotes qui aura lieu à la fin du mois d’avril à Mont-Saint-Hilaire. Mario Langlois sera l’un des vice-présidents de cet événement. Je ne pouvais pas laisser passer l’occasion de l’aborder sur son univers professionnel.  

Des entrevues, il en fait des tonnes et certaines posent un certain défi. Mario Langlois a une contrainte que je n’ai pas: fournir du contenu audio, en direct. Quand mon intervenant est peu bavard et réservé, ce n’est pas trop grave pour mon article, je peux ajouter de mon cru. De son côté, Mario Langlois doit faire parler son intervenant.

Mario Langlois a en mémoire davantage de belles entrevues marquantes et intéressantes. Chantal Petitclerc est un des premiers noms qui vient en tête. «C’est une grande athlète avec qui on peut aller plus loin. Elle peut parler de façon ouverte de tous les sujets.» Pierre Lavoie est un intervenant au parcours inspirant qu’a bien aimé interviewer Mario Langlois. L’animateur aimerait bien inclure dans le lot le nom d’un joueur du Canadien…, mais ce ne sont pas les personnalités sportives les plus accessibles de nos jours.  

Évidemment, Mario Langlois reconnait qu’il y a des entrevues plus difficiles. Fidèle à son attitude en ondes, il ne prend pas personnel les refus ou les échanges plus ardus. Il sait que ce n’est pas tout le monde qui a la même facilité de s’exprimer.

Il ajoute même à titre d’exemple, que Martin St-Louis, est un gars qui n’aime pas toujours donner des entrevues, étant un gars qui se concentre sur ce qu’il a à faire et préférant ainsi la jouer low-profile.

 

 L’ajout du 91,9

 Rappelons qu’un nouveau joueur s’est ajouté dans le portait médiatique sportif, le 91,9 Sport. J’ai demandé à Mario Langlois si l’arrivée de cette station l’avait amené à redoubler d’efforts pour ne pas être supplanté par la concurrence. Selon l’animateur d’expérience, ce nouveau joueur n’a entrainé aucun changement à sa réalité. Comme il l’a fait remarquer, la programmation régulière du 91,9 se termine à 19h, tandis que le contenu exclusivement sportif du 98,5 commence à 18h30. «Nous sommes un complément à une radio généraliste», ajoute-t-il.

Mais Mario Langlois souhaite sincèrement bonne chance au 91,9. Il connait d’ailleurs les animateurs qui y sont à la barre. «Ce serait le fun pour eux que ça marche.»

Il y a quand même une certaine concurrence entre les deux. Le 91,9 a l’exclusivité des galas de GYM tandis que le 98,5 retransmet les galas importants d’InterBox, et même d’Eye of the Tiger Management. Mario Langlois n’est toutefois pas affecté par cette concurrence, puisque que pour les galas de boxe, c’est à lui qu’on fait appel pour le reportage télé.

image