23 juin 2017
Les soudeurs toujours recherchés
Par: Karine Guillet
Le DEP de Sainte-Julie a une capacité d’environ 22 étudiants. Si la formation attire principalement les garçons, quelques filles suivent tout de même le programme.

Le DEP de Sainte-Julie a une capacité d’environ 22 étudiants. Si la formation attire principalement les garçons, quelques filles suivent tout de même le programme.

La pénurie de soudeurs continue de se faire sentir en région comme partout au Québec. Au centre de formation professionnelle des Patriotes de Sainte-Julie, les étudiants ont souvent trouvé un emploi avant même la fin de leurs études.

La directrice du programme de soudage-montage du Centre de formation professionnelle des Patriotes (CFPP), Magali Lecompte, témoigne qu’environ 95 % des étudiants dans ce domaine ont un emploi à l’obtention du diplôme.

«Nous avons des employeurs qui viennent solliciter des étudiants pour faire un stage et la plupart sont employés par leur milieu de stage», explique-t-elle.

Selon les statistiques d’Emploi-Québec pour la Montérégie, les soudeurs se classent constamment dans le top 5 des emplois vacants signalés sur le placement en ligne pour des emplois nécessitant un formation spécialisée ou technique depuis la dernière année. La profession est d’ailleurs identifiée comme l’un des métiers les plus demandés en Montérégie.

«La demande pour des soudeurs ou des soudeuses est constante. Les entreprises éprouvent des difficultés de recrutement de soudeurs et de soudeuses sur acier inoxydable. On note un roulement de la main-d’œuvre», note Emploi-Québec.

Selon la directrice, la pénurie dans ce secteur s’explique par le départ à la retraite de babyboomers. Elle croit que la pénurie est appelée à prendre de l’ampleur. «Les employeurs viennent d’avance nous dire qu’ils souhaitent avoir des stagiaires et souvent, ils les gardent», explique Mme Lecompte.

Métiers en demande

Du côté de la formation professionnelle, les électromécaniciens et les cuisiniers étaient également fortement recherchés dans la Montérégie.

Parmi les formations universitaires (outre les formations du domaine médical) des postes d’agent financier et de vérificateur-comptable figuraient parmi les emplois les plus recherchés, tant depuis les derniers mois que pour les années à venir. Dans le cas des vérificateurs-comptables, cette demande dans la région s’explique par des départs à la retraite et la création d’emplois. «La demande est favorisée par le resserrement des contrôles auprès des entreprises et par un renforcement de la réglementation», note Emploi-Québec, soulignant que les entreprises tendent à consulter davantage les vérificateurs puisqu’ils les perçoivent comme des professionnels du monde des affaires.

Dans le cas des agents financiers, la demande s’explique par une croissance des entreprises dans le domaine des finances et une volonté de fidéliser les clients en offrant un plus grand nombre de services.

Manutentionnaires et vendeurs recherchés

Toutes professions confondues, les postes de type «manutentionnaire» affichaient le plus grand nombre de postes vacants sur le placement en ligne en Montérégie selon la compilation d’Emploi-Québec pour les sept derniers mois, alors que 1195 postes de manutentionnaires cherchaient preneurs en avril 2017.

La profession figurait d’ailleurs dans la liste des emplois les plus demandés dans la région pour les années à venir, plus particulièrement dans les secteurs manufacturiers, du transport et du commerce de gros. La demande est attribuable à un roulement de personnel et à des conditions de travail exigeantes en regard au travail physique.

Outre ce type d’emploi, les vendeurs de commerce au détail figuraient aussi parmi les cinq emplois les plus recherchés depuis la dernière année, encore en raison du roulement de personnel attribuable aux conditions d’emploi.

image