1 mai 2015
Les Lauréats ne veulent pas sauter d’étapes
Par: Denis Bélanger
Quoi faire dans la Vallée?

Quoi faire dans la Vallée?

L’entraîneur-chef de l’équipe de football des Lauréats du Cégep de Saint-Hyacinthe, l’Hilairemontais Jean-Philippe Morin, entrevoit la saison avec un certain optimiste. Mais il ne veut surtout pas sauter d’étapes dans la construction de ce jeune programme de football.

L’entraîneur-chef de l’équipe de football des Lauréats du Cégep de Saint-Hyacinthe, l’Hilairemontais Jean-Philippe Morin, entrevoit la saison avec un certain optimiste. Mais il ne veut surtout pas sauter d’étapes dans la construction de ce jeune programme de football.

Les Lauréats en seront seulement à leur deuxième saison dans le circuit collégial. L’an dernier, en division 3, les Lauréats n’ont pas eu l’occasion de savourer la victoire. Bien qu’il soit satisfait du recrutement, Morin ne met pas l’accent sur la quête du premier gain de l’histoire de son équipe.

«Il faut d’abord s’assurer d’aligner un peu plus de 50 joueurs. Je veux aussi pouvoir mettre sur le terrain une équipe qui sera compétitive chaque semaine. La première victoire viendra ainsi par la force des choses.  Nous sommes encore une bien jeune équipe», ajoute l’ancien entraîneur des Pirates du Richelieu.

Le pilote des Lauréats aura beaucoup de munitions à plusieurs positions clés. «Nous avons plus d’une quinzaine de demi-défensif. Nous avons aussi cinq porteurs de ballons intéressants, qui pourraient influencer le nombre de receveurs que je vais retenir. Nous avons aussi quatre quarts arrière. À la ligne offensive, nous avons pris du muscle. En plus, des joueurs d’autres programmes viendront terminer leur parcours de football chez nous. Ça nous fait gagner en maturité.»

Les recrues proviennent notamment de Marieville et Saint-Hyacinthe. Le camp printanier des Lauréats prendra fin les 15-16 et 17 mai.

Ancien évaluateur de Duvernay-Tardif

Jean-Philippe Morin a eu l’occasion d’évaluer les habiletés du joueur de ligne offensive des Chiefs de Kansas City, Laurent Duvernay-Tardif, lorsque ce dernier portait l’uniforme des Pirates. «Ça remonte à plus d’une dizaine d’années. J’ai fait son évaluation pour les rangs midgets. Pour tout ce qui concernait l’aspect physique, il était dans le top.»

M. Morin a profité de la venue de Laurent Duvernay-Tardif jeudi au Cégep de Saint-Hyacinthe pour remplir une promesse qu’il avait faite au responsable de la salle d’entraînement.

«Je lui avais dit que je lui présenterais Laurent. J’ai respecté ma parole, a-t-il confié. Je trouve aussi fantastique le fait qu’il soit venu rencontrer les jeunes. C’est une belle récompense pour eux. C’est assez rare que l’on puisse croiser ici des joueurs de la NFL. Ce genre d’exercice devrait se faire plus souvent.»

image