12 février 2020
Les dernières décisions des commissaires scolaires
Par: Sarah-Eve Charland
Le nom de la nouvelle école de Mont-Saint-Hilaire devrait être connu en avril. Photothèque | L’Œil Régional ©

Le nom de la nouvelle école de Mont-Saint-Hilaire devrait être connu en avril. Photothèque | L’Œil Régional ©

Les commissaires de la Commission scolaire des Patriotes (CSP) ont vu leur poste aboli dans la nuit du 8 au 9 février avec l’adoption de la loi 40 par bâillon à l’Assemblée nationale. Les commissions scolaires deviennent ainsi des centres de services gérés par un conseil d’administration composé de parents, de membre du personnel scolaire et de personnes issues de la collectivité.

Fin des commissaires

La présidente de la CSP, Hélène Roberge, a exprimé ses préoccupations qu’engendrent les changements dans cette loi sur sa page Facebook. Elle a tenu à remercier ses collègues qui se sont impliqués au fil des ans dans les commissions scolaires.

« Vous pouvez garder la tête haute et être fières et fiers du travail accompli et des résultats atteints à la CSP qui ne cessent de s’améliorer. Vous ne méritiez aucunement ce mépris et ce manque de respect de la part du gouvernement de la CAQ [Coalition avenir Québec] et de son ministre de l’éducation qui, malgré le fait qu’il est un ex-enseignant de notre commission scolaire, a clairement démontré sa méconnaissance du réseau de l’éducation publique et de notre organisation qui a un fonctionnement très décentralisé », a-t-elle affirmé.

Augmentation du tarif du dîner

Il en coûterait 0,19 $ supplémentaire par dîner pour la surveillance du midi dans les écoles de la CSP pour une facture annuelle de 317 $ par enfant. La nouvelle Politique relative au service aux dineurs a été présentée au conseil des commissaires et sera soumise au comité des parents et au comité consultatif de gestion. Ces comités pourraient apporter d’autres modifications. Les ratios seront réduits pour former des groupes de 24 à 26 jeunes. La politique harmonisera les pratiques entre les écoles et devrait être adoptée ultérieurement.

Le nom de l’école de Mont-Saint-Hilaire en consultation

Les commissaires souhaitent planifier des consultations auprès du comité de parent pour déterminer le nom de la nouvelle école à Mont-Saint-Hilaire. Le nom sera adopté dans les prochains mois avant d’être dévoilé publiquement.

Pas de maternelle 4 ans à la nouvelle école de Mont-Saint-Hilaire

Le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur n’a pas retenu le projet d’ajout d’une maternelle 4 ans à la nouvelle école de Mont-Saint-Hilaire. Au printemps dernier, le ministère avait demandé aux commissions scolaires de déposer des demandes d’ajout de classe de maternelle 4 ans aux projets de construction ou d’agrandissement déjà autorisés ou en cours. La CSP avait alors identifié la nouvelle école de Mont-Saint-Hilaire ainsi que les écoles à Contrecœur et Carignan. La Ville de Mont-Saint-Hilaire s’était toutefois opposée à l’agrandissement de l’école sur son territoire jugeant que cela amputerait de façon majeure la cour d’école. Sur ces trois demandes, le ministère a répondu favorablement à celle concernant le projet à Contrecœur.

Classes modulaires

Puisque la CSP souhaitait déposer un appel d’offres rapidement, les commissaires ont demandé l’autorisation d’effectuer un emprunt temporaire pour acquérir des locaux modulaires. À l’automne, la CSP avait envoyé des demandes pour financer l’installation de quatre classes modulaires dans le secteur de Belœil, McMasterville et Saint-Mathieu-de-Belœil. Ces locaux modulaires permettraient de maintenir des classes durant les rénovations dans des écoles. Il est trop tôt pour connaître l’emplacement de ces locaux. La commission scolaire, qui est devenue un centre de services, attend des réponses du ministère pour le financement de ces classes qu’au printemps.

image