3 juin 2020
Les campings ont le feu vert
Par: Sarah-Eve Charland

Le camping peut enfin commencer dans la région. Photo François Larivière | L’Œil Régional ©

Les campings peuvent ouvrir leurs portes depuis le 1er juin au grand public. À Saint-Jean-Baptiste, où se trouvent quatre sites de camping, la mairesse Marilyn Nadeau partage les inquiétudes de ses citoyens qui craignent l’arrivée massive de touristes.

Publicité
Activer le son

La municipalité de 3200 habitants peut voir sa population quadrupler pendant la saison estivale par le biais des campings.

« La crise crée beaucoup d’inquiétude. Les citoyens ne sont pas épargnés, surtout avec l’arrivée en masse des campeurs. Les campings ont l’obligation de suivre des consignes sanitaires. On doit s’assurer que tout le monde comprend les bonnes pratiques autant auprès des commerçants que des campeurs », affirme la mairesse de Saint-Jean-Baptiste.

La Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) a élaboré un guide en collaboration avec l’Institut national de santé publique pour guider les entreprises à ouvrir de façon sécuritaire.

Les campings feront signer un engagement écrit avec chaque campeur dès leur arrivée. Un campeur qui contreviendrait aux mesures mises en place pourrait se voir expulser du terrain.

« La Municipalité de Saint-Jean-Baptiste a le devoir d’assurer la santé et la sécurité de sa communauté. Donc, elle n’hésitera pas à prendre les actions nécessaires si elle le devait, comme effectuer des signalements. Ceci étant dit, nous avons confiance au bon jugement de chacun et à leur désir de passer un bel été dans nos magnifiques lieux de villégiature reconnus à travers le Québec », a précisé Mme Nadeau.

On retrouve quatre sites de camping à Saint-Jean-Baptiste, dont le Domaine de Rouville, l’un des plus grands au Québec, qui accueille près de 200 000 campeurs et visiteurs par année. Au moment de mettre sous presse, il a été impossible de joindre l’entreprise.

« On sait que la situation économique d’entreprises de Saint-Jean-Baptiste dépend des touristes. Cette augmentation est quand même bien vue. […] Je pense qu’on doit travailler en étroite collaboration. On a contacté les quatre campings. On veut relayer la bonne information. Je suis là pour protéger ma population », souligne-t-elle.

Certains campings étaient déjà ouverts pour accueillir les « snowbirds » qui n’avaient pas d’autres adresses au Québec. Marilyn Nadeau a souligné avoir commencé à entrer en contact avec les différentes entreprises de camping sur le territoire de Saint-Jean-Baptiste.

« À première vue, ils n’étaient pas tous prêts pour le 1er juin. Ils n’accepteront pas leur pleine capacité. Les voyageurs ne seront pas acceptés à certains endroits. Ça réduit le nombre de campeurs », observe-t-elle.

Le gouvernement recommande tout de même de limiter les déplacements d’une région à l’autre sans l’interdire. Les campeurs sont invités à effectuer les provisions près de chez eux afin de limiter les contacts dans les municipalités visitées.

Les établissements de pourvoirie sont aussi ouverts depuis le 1er juin pour l’ensemble du Québec. À l’extérieur de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM), le gouvernement a aussi donné le feu vert aux résidences de tourisme et aux établissements de résidence principale. Les logements, les chalets ou les maisons devront être loués en entier, à une unité familiale à la fois.

image