11 mars 2016
Les arts martiaux mixtes (UFC), la meilleure option pour les consommateurs
Par: Denis Bélanger
Votre humble serviteur en compagnie de Georges St-Pierre lors d'une entrevue en septembre 2014. J'aimerais d'ailleurs le voir dans l'octogone contre Robbie Lawler.

Votre humble serviteur en compagnie de Georges St-Pierre lors d'une entrevue en septembre 2014. J'aimerais d'ailleurs le voir dans l'octogone contre Robbie Lawler.

On l’oublie trop souvent, mais les amateurs de sports payent pour encourager les athlètes. Ils sont des partisans, mais aussi des consommateurs. Et je dois dire que le meilleur produit sportif professionnel en ville (façon de parler) est celui de l’Ultimate Fighting Championship (UFC).

Dans mon livre à moi, pour qu’il soit bon, le produit doit être divertissant, mais aussi nous réserver un élément de surprise. L’UFC correspond très bien à cette étiquette, et je dirais que la NFL se classe dans le même groupe. Ne vous méprenez pas, je suis avant tout un amateur de boxe. Je suis le noble art depuis longtemps. J’ai joué de longues heures à Punch Out, Rocky est l’un de mes films préférés, je couvre même des galas de boxe depuis 4 ans. De plus, ces dernières années, je suis allé aussi souvent à la boxe qu’au cinéma. Je prends même des cours de boxe.

Mais misère que c’est compliqué de réaliser des gros combats en boxe (Kovalev-Stevenson), le spectacle est parfois ennuyeux (Pacquiao-Mayweather), et certains combats sont gagnés d’avance (tous les combats de Golovkin). Au moins, il y a quand même des surprises (Tyson Fury), mais elles ne sont pas légion comparées à l’octogone.

Le week-end dernier, nous avons eu droit à deux autres surprises de taille. Conor McGregor, la vedette de l’UFC, s’est incliné, et Holly Holm a perdu son titre des poids coq. En 2015, 7 nouveaux champions ont été couronnés dans les dix divisions de poids de l’UFC. En 2016, on compte déjà deux changements de titre, dont l’un dans l’une des trois divisions masculines épargnées en 2015.

Robbie Lawler, le champion actuel des mi-moyens, titre qu’a détenu auparavant Georges St-Pierre, a le deuxième plus long règne. Demetrious Johnson est l’anomalie, détenant son titre des poids mouches depuis septembre 2012. Tout peut arriver à l’UFC. Depuis que je suis la discipline sportive, j’ai commandé quatre galas à la télé à carte, et je n’ai jamais été déçu.

L’an dernier, j’ai vu les combats de 11 galas de boxe, mais aucun duel n’aura été plus spectaculaire que celui de l’UFC ayant opposé Robbie Lawler au Montréalais Rory MacDonald. Ce choc a d’ailleurs été nommé combat de l’année. On vient d’annoncer que Rory MacDonald affrontera à Ottawa Stephen Thompson, tombeur de Johny Hendricks, le denier homme à avoir affronté jusqu’à maintenant Georges St-Pierre. Je n’ai pas encore assisté à un gala de l’UFC et je suis bien tenté d’aller voir celui d’Ottawa.

image