15 mai 2015
Le train de banlieue ne se rendra pas à Saint-Hyacinthe
Par: Denis Bélanger
Le train de banlieue ne se rendra pas à Saint-Hyacinthe

Le train de banlieue ne se rendra pas à Saint-Hyacinthe

Le train de banlieue n’ira pas plus loin que Mont-Saint-Hilaire. L’Agence métropolitaine de transport (AMT) a rejeté l’idée de prolonger la ligne jusqu’à Saint-Hyacinthe en raison notamment d’un faible potentiel de clientèle.

L’AMT s’était engagée en 2013 à procéder à une étude sur le prolongement de la ligne de trains. L’étude estime le nombre de clients potentiels à 383, alors que plus du double serait requis afin d’assurer la rentabilité du service. «Les coûts d’immobilisations nécessaires pour réaliser un tel projet sont également importants et viennent influencer négativement les conclusions de l’étude», a ajouté l’AMT par voie de communiqué.

 

Réaction du CITVR

L’AMT a pris soin d’indiquer qu’elle était ouverte à travailler avec la Ville de Saint-Hyacinthe et le Conseil intermunicipal de transport de la Vallée-du-Richelieu (CITVR) pour améliorer le transport collectif dans la région, si une demande est faite.

Le CITVR s’est dit étonné de la déclaration de l’AMT. «Depuis maintenant 30 ans, l’organisme a su démontrer son savoir-faire dans le développement du transport collectif dans le secteur en se positionnant comme un précurseur dans plusieurs projets, et ce, sans l’appui de l’AMT», a répondu la coordonnatrice aux communications, Dominique Normand.

 

Cette dernière ajoute que le CITVR n’a pas été invité à la présentation des conclusions de l’étude ni été informé directement que celles-ci étaient maintenant connues.

 

De son côté, la Ville de Saint-Hyacinthe accepte le constat, mais ne perd pas espoir pour l’avenir. «Nous allons donc trouver d’autres options à moyen terme. Une analyse est déjà en cours à ce sujet. Si nous développons notre offre de services, nous allons accroître l’utilisation et, éventuellement, il sera peut-être possible d’atteindre le seuil critique de clients requis pour rentabiliser le prolongement du train jusqu’ici», a commenté le maire Claude Corbeil.

 

Quatre lignes pour Saint-Hyacinthe

Quatre lignes d’autobus du CITVR desservent Saint-Hyacinthe. Il y a les circuits régionaux 200 et 300, le 30 et le train-bus 25. Ce dernier a été mis en place en février 2009, pour offrir un service direct vers le train de banlieue, à Mont-Saint-Hilaire. Pour la période 2009 à 2014, une hausse de l’utilisation de l’ordre de 36% a été observée. Au quotidien, une soixantaine de déplacements sont complétés par une trentaine d’utilisateurs réguliers du circuit 25.

image