12 mars 2021
FADOQ
Le temps de passer le flambeau est arrivé pour Claude Leblanc
Par: L'Oeil Régional

Claude Leblanc

Nous sentons toute la fierté dans la voix de Claude Leblanc au bout du fil, directeur général de la FADOQ – Région Richelieu-Yamaska (FADOQ-RY) de 2005 à 2020 et maintenant véritablement retraité. C’est que ce bourreau de travail a fait sienne la cause des personnes de 50 ans et plus après une carrière passée chez Bell Canada.

Publicité
Activer le son

Ça, c’était il y a 15 ans, alors qu’il aurait bien pu prendre ses aises comme n’importe lequel jeune retraité ayant eu une vie professionnelle florissante. Cependant, son désir d’aider les aînés, nos bâtisseurs, a pris le pas et l’a mené vers une deuxième carrière tout aussi enrichissante.

« Je suis très fier d’avoir participé aux activités de la FADOQ-RY durant 15 ans. Ce fut des années merveilleuses à m’occuper de nos aînés avec une équipe d’employés vraiment dédiée aux conditions de vie des aînés et tellement de bénévoles aussi. Je les remercie tous, car c’est vraiment un travail d’équipe, mais pour moi, c’est le temps de passer le flambeau », estime Claude Leblanc. Et ce n’est pas sans avoir relevé bien des défis à la tête de l’organisation qui compte 53 clubs et plus de 40 000 membres.

« Imaginez, il n’y en avait que 14 000 il y a 15 ans quand je suis arrivé. Mon apport fut vraiment dirigé vers l’augmentation du membership et une reconnaissance et un rayonnement accrus des services que la FADOQ-RY offre sur son grand territoire. » Et de fait, l’organisation qui avait un seul employé il y a 15 ans, en compte dorénavant une dizaine, signe que la FADOQ-RY avec Claude Leblanc a réalisé bien des choses et n’a certainement pas chômé!

C’est Nathalie Lapierre qui est devenue récemment la nouvelle directrice générale de la FADOQ-RY.

La force de la communication

Afin de mieux faire connaître la FADOQ-RY, Claude Leblanc a eu l’idée, il y a une dizaine d’années, de s’associer à DBC Communications (maintenant propriétaire de L’Œil Régional) pour la production de cahiers spéciaux – maintenant quatre par année. Une initiative qui a porté fruit. « Pour nous, ce fut une belle réalisation et cela nous a fait vraiment plus connaître, surtout des non-membres. Cela permet de facilement communiquer avec la population, car plusieurs choses qui concernent les 50 ans et plus s’y retrouvent. Je suis très fier de cela. » Et parce que le but ultime du Réseau FADOQ est l’amélioration de la qualité de vie des 50 ans et plus, cela concerne tout le monde.

« Le Réseau, au niveau provincial, a beaucoup accompli en 15 ans et a mené plusieurs revendications auprès de nos gouvernements. On parle quand même de 550 000 membres dans tout le Québec, c’est toute une force! » Cette communication passe également par les quelque 500 bénévoles de l’ensemble de la section régionale Richelieu-Yamaska. « Sans eux, le réseau ne fonctionne pas. Nos bénévoles sont nos yeux et nos oreilles auprès des aînés. Ils connaissent leurs besoins, les bénévoles ont un rôle majeur dans la socialisation de nos aînés. Et je resterai bien sûr un membre actif maintenant que je suis retraité! », conclut M. Leblanc.

Retraite retardée

Devant prendre sa retraite il y a déjà plus d’un an, Claude Leblanc a retardé ce moment avec l’arrivée de la pandémie. Ce n’était certes pas le bon moment pour embaucher un nouveau directeur général pour FADOQ-RY.

« L’année qui vient de passer n’a pas été de tout repos. Communiquer avec les moyens technologiques d’aujourd’hui, c’est super, mais ce n’est pas comme régler des dossiers en personne, en face à face. C’est beaucoup plus long. Nous ne sommes pas un service essentiel, mais plusieurs de nos services, comme les abonnements, demeurent effectifs. Il fallait tout de même répondre à nos membres et être présents pour eux », indique Claude Leblanc.

Cette réorganisation en raison de la pandémie amène la FADOQ-RY à offrir maintenant quelques activités virtuelles (fadoqry.ca). Les formations Aîné Avisé contre la maltraitance et les ateliers Dans la peau d’un aîné sont aussi disponibles en ligne pour les organismes qui le désirent.

 

Par Véronique Lemonde

image