11 septembre 2019
Le royaume de Mont-Saint-Hilaire
Par: L'Oeil Régional

Vous croyiez que la saga du maire au Burundi était terminée?

Que nenni, elle ne le sera pas tant que le maire n’aura pas démissionné.
Elle ne le sera pas tant que tous les comportements inadéquats du maire dans le cadre de ses fonctions ne seront pas dénoncés et, vous savez quoi, le plus beau de l’affaire, c’est que, pour une fois, on ne pourra pas accuser ses opposants politiques d’avoir fomenté cette saga puisque celle-ci a débuté grâce aux révélations du journal La Presse. N’ayant aucun parti pris dans nos « chicanes locales », ce réputé journal révèle de ce fait, à chacun des citoyens de Mont-Saint-Hilaire, les manières d’agir de notre dirigeant.
Ainsi, nous apprenons que le maire fait les choses seul, sans équipe, sans préparation et sans consultation. Alors, il n’y a rien d’anormal à ce que ceux qui côtoient le maire et discutent régulièrement avec lui des vrais problèmes ne voient dans l’affaire du Burundi que la goutte qui fait déborder le vase qui confirme ses manières d’agir depuis longtemps.
Dans son éditorial du 31 juillet dernier, Vincent Guilbault dit que de trop nombreux dossiers se mélangent à cette saga. Cela ne démontre-t-il pas que le maire n’a eu de cesse de se mettre à dos tous les représentants des multiples secteurs d’activités de la Ville? M. Guilbault ajoute que de mélanger le dossier du sous-financement de la culture avec l’affaire du Burundi est une erreur, pourtant, l’objectif de départ du projet d’échange avec le Burundi n’était-il pas, justement, un projet d’échange culturel? Encore là, rien d’anormal à ce que les nombreux intervenants culturels soient inquiets d’un éventuel échange avec le Burundi – toujours sans consultation du milieu – alors que ces derniers savent depuis belle lurette que la culture souffre de sous financement dans notre municipalité (voir les conclusions du Forum (2016) sur la situation de la culture à Mont-Saint-Hilaire).
Sans compter tout le travail de sape que le maire exécute depuis des années auprès de certains de ses collègues en dénigrant tant nos institutions culturelles que les principaux intervenants en culture.
Enfin, quelle ironie de voir dans un tout petit entrefilet de la même édition de L’Œil Régional que la Ville de Mont-Saint-Hilaire vient d’abolir un emploi au Service du loisir et de la culture! Après cela, on dira que le milieu culturel demande toujours la Lune!
Finalement, la vraie question à poser est : est-ce que Mont-Saint-Hilaire s’est développée durant le mandat du maire? Est-ce que la Ville a évolué? Il serait temps que l’on se rende compte que sous son administration, les choses bloquent plus qu’elles ne se développement autant sous les aspects politiques, commerciaux que culturels. Malgré son ouverture de façade, notre ville stagne et tout va à vau-l’eau, tout périclite et dépérit pendant que Belœil rayonne de toutes parts. Faut se le dire, il y a quelque chose qui ne tourne pas rond au royaume de M. Corriveau.
Il doit partir!

Jocelyn Fiset
Mont-Saint-Hilaire

image