18 novembre 2015
Le pompier globe-trotter
Par: L'Oeil Régional
Éric Daoust en Bolivie

Éric Daoust en Bolivie

Éric Daoust en Bolivie

Éric Daoust en Bolivie

Éric Daoust en Bolivie

Éric Daoust en Bolivie

Éric Daoust en Bolivie

Éric Daoust en Bolivie

Éric Daoust en Bolivie

Éric Daoust en Bolivie

Sur un des murs de son petit bureau chez lui à Mont-Saint-Hilaire, Éric Daoust a posé une carte du monde. Cette dernière révèle, à elle seule, sa passion pour le voyage qui prend maintenant la forme d’un projet web.

Sur sa carte du monde, le pompier travaillant à Montréal a noirci chacune des frontières des pays où il a mis les pieds dans les 15 dernières années. C’est près d’une quarantaine de pays.

Du voyage, Éric Daoust en mange. Il ne vise rien de moins que de faire le tour du monde. «Un des objectifs de vie, ce serait d’avoir toute la map au complet d’encerclée», confie-t-il.

Célibataire et sans enfant, Éric Daoust arrive à organiser son horaire de travail afin de partir plusieurs mois en voyage.

Sa piqûre a pris naissance en écoutant des émissions jeunesse dont le voyage et les aventures étaient mis de l’avant. À 17 ans, il part aux États-Unis sur le pouce. À l’âge de 18 ans, il passe un an en Europe.

«Le voyage a été très révélateur dans ma vie puisque je n’avais pas énormément confiance en moi. J’étais beaucoup en recherche d’identité. Le fait de me retrouver à l’aventure avec rien qu’un sac à dos, c’est ça qui m’a vraiment prouvé de quoi j’étais capable dans la vie», témoigne-t-il.  

Rien qu’un sac à dos

Éric Daoust veut mettre à profit son expérience acquise au fil de ses périples. Il a récemment lancé un site web «Rien qu’un sac à dos» pour montrer aux gens comment voyager le plus simple possible. «Et ça, c’est avec un sac à dos», précise-t-il.

À son premier voyage, il était parti avec un sac à dos de 95 litres bien rempli. Avec le temps, il a appris à voyager plus léger et à faible coût.

Sur sa page web, il présente pour le moment des vidéos, qu’il a montées et filmées lui-même, sur son périple au Japon. Sur ses disques durs, le globe-trotter a trois ans de voyages en vidéo qu’il désire montrer au public.

Éric Daoust souhaite devenir une référence pour les gens qui veulent découvrir le monde en sac à dos; leur donner des conseils pour qu’ils évitent certaines erreurs.  Le pompier ne veut d’ailleurs pas se limiter à montrer seulement les bons côtés dans ses vidéos, mais aussi exposer ses mésaventures.

Pendant qu’il travaille au montage de ses prochaines vidéos qui porteront sur l’Indonésie, Éric Daoust prépare son prochain voyage. Cet hiver, il prendra la direction de l’Inde pour trois mois durant lesquelles il veut aussi visiter le Népal et le Sri Lanka.

Pour visiter sa page web: http://www.rienquunsacados.com

Souvenir de voyage

Des souvenirs de voyage, Éric Daoust en a plusieurs. Il garde notamment en mémoire sa traversée du désert de la Bolivie. «De voir le jeu de couleurs. De trouver des flamands roses au milieu d’un désert de sel, jamais je ne me serais imaginé qu’on pouvait avoir des flamands roses au milieu d’un désert. C’est vraiment, vraiment très beau», témoigne-t-il.

 

image