15 février 2018
Le fondateur du Festival d’été quitte le navire
Par: Denis Bélanger

«Je veux remercier tout le monde qui a contribué à l’organisation de l’événement. J’ai fait ça par passion et je me suis vraiment sacrifié pour le Festival d’été», dit Marc-André Bellemare. Photo: François Larivière

Le fondateur du Festival d’été de Belœil, Marc-André Bellemare, ne fait plus partie de l’organisation depuis décembre à la suite d’un commun accord entre lui et le conseil d’administration. Il quitte le cœur gros, ayant consacré plus de dix ans de sa vie à cet événement qui a surmonté plusieurs difficultés depuis 2006.

Les dernières années n’ont pas été faciles pour M. Bellemare sur tous les points de vue. Déjà en 2015, il avait voulu abandonner le navire après une édition catastrophique en raison de la mauvaise température. Finalement, il était resté, alors que l’événement retournait à Belœil l’année suivante, après plusieurs années de séjour aux Encans Ritchie, dans le secteur industriel de Mont-Saint-Hilaire. Mais des problèmes personnels sont venus user davantage le trentenaire.

«Certains membres du conseil quittaient. J’étais fatigué et dans un brouillard. J’avais fait une programmation, mais je vivotais. Les administrateurs ont vu ce que je ressentais et que je n’étais pas focus, a-t-il dit. Ils m’ont dit que j’allais souffrir d’une dépression ou me ramasser à l’hôpital si je continuais. On m’a demandé poliment de céder ma place pour le bien du Festival.»

Un commun accord
Dernièrement, le fondateur du Festival s’est vidé le cœur en publiant sur les médias sociaux des messages d’amertume et de colère, qui ont été par la suite été effacés. Selon le principal intéressé, il a réagi à un propos de son fils lui rappelant que l’aventure du Festival était terminée pour lui. De son côté, le président du conseil d’administration, Christian Faubert, assure que c’est une décision commune et estime qu’il est faux de prétendre que Marc-André Bellemare a été tassé.
«Le poste de M. Bellemarre a été comme scindé en deux. Sylvain Pelletier, le directeur technique des dernières années, chapeautera la programmation, explique M. Faubert. Puis, ce sera l’équipe de François St-Pierre qui occupera des fonctions de direction générale.»

Programmation complète
Le président du CA assure que la programmation est déjà complète et que le Festival sera présenté pour une troisième année consécutive au Mail Montenach, du jeudi 6 au dimanche 9 juillet. Christian Faubert a de plus confirmé avoir remis sa démission il y a quelques mois, mais a accepté de rester pour une année de plus pour assurer une continuité. Notons que le changement à la tête du festival se produit un peu plus de deux ans après le départ du CA du cofondateur et imprésario réputé, Guy Latraverse, qui était un mentor pour Marc-André Bellemare.

Un rêve qui prend fin
Avant de se lancer dans le show-business, Marc-André Bellemare jouait au hockey, mais a dû mettre un terme à sa carrière en raison d’une commotion cérébrale à l’âge de 24 ans. Sans diplôme postsecondaire, il ignorait quoi faire pour gagner sa vie.

Amateur de spectacles dans sa jeunesse, il a frappé à la porte de Guy Latraverse. «J’ai trouvé son numéro au dépanneur où il allait à Mont-Saint-Hilaire pour faire nettoyer son linge. J’ai arraché un numéro de l’un de ses habits et je suis allé un samedi matin. Il m’a accueilli et a décidé de me montrer comment ça marchait. Par la suite, je lui ai dit que je voudrais faire un gros festival à Belœil, car il n’y avait plus d’événement.»

Marc-André Bellemare et son bon ami Mathieu Leduc ont mis en branle le premier Festival d’été de Belœil en juillet 2006 dans la cour de l’école Saint-Mathieu. Le public n’avait pas répondu à l’appel et le festival avait fait un déficit. M. Bellemare était complètement démoli à l’époque.

Les années suivantes auront été en montagne russe. Un déménagement du festival l’année suivante dans le Vieux-Belœil aura permis de sauver les meubles. Mais le succès financier n’était pas toujours au rendez-vous d’une année à l’autre. En 2012, le Festival est débarqué aux Encans Ritchie, un site beaucoup moins accessible pour le public. Marc-André Bellemare a même vu son amitié avec Mathieu Leduc s’effriter en raison du festival.

image