25 avril 2020
Basketball aux Jeux du Québec
Le double défi d’Isabelle Beaulieu
Par: Denis Bélanger

Isabelle Beaulieu (deuxième à gauche) avec les joueuses de Richelieu-Yamaska lors des Jeux du Québec de 2016 tenus à Montréal. Photo gracieuseté

L’entraîneuse de basketball Isabelle Beaulieu devait cet été prendre la relève à titre d’entraîneur-chef de l’équipe féminine de Richelieu-Yamaska aux Jeux du Québec de Laval. La compétition a été reportée en 2021 en raison du coronavirus, mais plusieurs questions demeurent en suspens. Malgré tout, la passionnée se sent toujours d’attaque pour mener la barque au cours des deux prochaines années qui s’annoncent chargées.

Publicité
Activer le son

L’entraîneuse native de Belœil partage surtout en ce comment de l’empathie pour les joueuses qui travaillent fort depuis l’été 2019 pour se tailler une place sur l’équipe. « C’est sûr que plusieurs filles viennent de perdre un gros été dans leur vie. Pour certaines, il s’agit de la plus grosse expérience de sport qu’elles pouvaient vivre. J’ai parlé à des parents et quelques-uns ont dû apporter un encadrement moral étant donné la déception de leur fille. »

La grande question qui demeure est l’âge d’admissibilité. En principe, les joueuses nées en 2007-2008 devaient participer aux Jeux du Québec. À l’instar de plusieurs entraîneurs, Isabelle Beaulieu souhaite que ce soit encore le cas pour 2021. « Si les âges changent, il va falloir recommencer à zéro. »

En plus de préparer l’équipe 2021 l’an prochain, la pilote et ses adjoints devront préparer la relève pour les Jeux d’été suivants qui auront lieu seulement un an plus tard à Rimouski. « Mais à ce niveau, Richelieu-Yamaska a la chance d’avoir un grand bassin de joueurs. »

Une tradition gagnante

Isabelle Beaulieu succède à Éric Fréchette de Sorel-Tracy qui a conduit ses équipes à de multiples podiums consécutifs aux Jeux du Québec, dont l’or en 2014. Isabelle Beaulieu s’est jointe à Fréchette en 2016 comme assistante et a répété l’expérience en 2018. Aux deux occasions, les représentantes de Richelieu-Yamaska ont décroché le bronze.

L’entraîneuse ne sent pas de pression à suivre les traces de son prédécesseur, bien au contraire. Elle savoure le défi de poursuivre cette tradition gagnante. « Nous sommes une région victorieuse, qui priorise l’aspect famille. Les anciennes viennent voir les entraînements et parler de leur expérience aux nouvelles avant qu’elles ne partent pour les Jeux. »

Isabelle Beaulieu a vécu elle-même les Jeux du Québec en 2007. Par la suite, elle a joué pour l’organisation civile de basketball de Longueuil. Elle a mis fin à sa carrière en cinquième secondaire en raison de blessures aux genoux. Elle commençait au même moment à se développer une voie dans le coaching. Elle est aujourd’hui responsable du programme féminin civil de Saint-Hyacinthe et responsable des équipes de la polyvalente Hyacinte-Delorme.

De retour dans le giron des Jeux

Isabelle Beaulieu pourra compter l’an prochain sur Pierre-Luc Deslauriers à titre d’aide-entraîneur, qui est entre autres responsable du programme particulier de basketball à l’école secondaire Polybel. Il a déjà vécu l’expérience d’être entraîneur aux Jeux du Québec en 2005 et 2007, du côté masculin. Il est bien content de revenir dans la grande famille des Jeux.

image