28 septembre 2018
Le développement de la gare se fait attendre
Par: Denis Bélanger

Les commerces se font toujours attendre à la gare de Mont-Saint-Hilaire malgré des annonces faites en début d’année. Les promoteurs du projet confirment qu’un projet a avorté pour des raisons hors de leur contrôle, mais que des annonces viendront éventuellement.

Le Groupe Lobato avait donné le feu vert à la construction d’un deuxième bâtiment commercial, un agrandissement qui aurait permis d’accueillir la Fromagerie Ruban Bleu, la boulangerie le Garde-Manger de François et la poissonnerie Atkins et Frères. Des affiches annonçant leur venue avaient même été installées, mais ont été enlevées depuis. La construction du bâtiment avait même été arrêtée pendant un certain moment avant de reprendre dernièrement.

Le propriétaire du Garde-Manger, François Pellerin, qui selon le promoteur a approché les deux autres commerces d’alimentation pour s’installer à la gare, a décidé de renoncer à l’idée de s’y installer pour des raisons personnelles et aussi en raison d’un manque de main-d’œuvre. Il assure qu’il croyait à la viabilité du projet, mais les astres n’étaient tout simplement pas alignés dans son cas. Le directeur des ventes et du marketing au Groupe Lobato, Léopold Ste-Marie, affirme que l’entreprise a accepté d’accommoder M. Pellerin.
Du côté d’Atkins et Frères, on a indiqué que ce n’était finalement pas le bon moment d’ouvrir une succursale à Mont-Saint-Hilaire et qu’il y avait beaucoup d’amélioration locative à apporter. Pour sa part, après avoir eu quelques déceptions dans le dossier de Mont-Saint-Hilaire, les propriétaires du Ruban Bleu se sont concentrés vers l’ouverture d’un autre commerce à Châteauguay.

Rappelons la présence à la gare de la fruiterie Moi je suis O fruits, dont le propriétaire a finalement déclaré faillite l’été dernier. M. Ste-Marie rapporte d’ailleurs que la relation d’affaires entre le Groupe Lobato et la fruiterie s’est mal terminée.

«Un éléphant blanc» qui inquièteL’absence de commerces à la gare est soulevée depuis plusieurs semaines par nombre de citoyens lors des différentes assemblées publiques de Mont-Saint-Hilaire. À la séance du conseil municipal du mois de septembre, la résidente Andrée Pinsonneault a estimé que le nouveau bâtiment commercial était devenu un éléphant vide. «Je suis certaine que personne ne veut s’installer là.»

Le conseiller Émile Grenon Gilbert a répondu à Mme Pinsonneault que les élus partageaient sa tristesse et ses inquiétudes. «Il y a des choses qui nous échappent. La question qu’on est en droit de se poser est qu’est-ce qu’on peut faire à cet endroit-là pour amener des commerces. L’idée de désenclaver le boulevard de la gare est un enjeu, a-t-il ajouté. On a fait beaucoup d’efforts, mais le promoteur doit en faire autant. Nous avons même mis de l’argent de côté pour mettre une place publique à cet endroit-là.»

image