23 mai 2019
Opposition contre la tour Telus
Le combat continue à Otterburn Park
Par: Vincent Guilbault
Devant une salle comble, des élus et des membres du comité Ensemble contre Telus se sont succédés pour faire le point sur la situation de l’opposition contre la venue d’une tour de télécommunication à Otterburn Park. Photo Annie Beauregard | L’Œil Régional ©

Devant une salle comble, des élus et des membres du comité Ensemble contre Telus se sont succédés pour faire le point sur la situation de l’opposition contre la venue d’une tour de télécommunication à Otterburn Park. Photo Annie Beauregard | L’Œil Régional ©

Le comité Ensemble contre Telus a tenu une conférence de presse pour présenter la synthèse des six dernières années d’opposition contre la venue d’une tour de télécommunication sur le territoire de la ville, le 15 mai dernier.

Rappelons que la Ville d’Otterburn Park a déposé une demande à la cour fédérale à l’été 2018 pour invalider la décision du ministère de l’Innovation, des Sciences et du Développement économique (ISDE) du Canada de permettre à Telus d’implanter sa tour. La Ville attend toujours une date pour se présenter devant la cour fédérale et Telus a décidé de ne pas contruitre sa tour pour le moment.
Puisque le dossier est juridique, le maire d’Otterburn Park, Denis Parent, a souligné devant la foule ne pas pouvoir parler librement du dossier. Il a toutefois réitéré sa volonté de bloquer la venue d’une tour sur tout le territoire.
Par le truchement d’une vidéo, la préfète de la MRC Vallée-du-Richelieu, Diane Lavoie, est venue aussi appuyer le mouvement citoyen au nom de 12 municipalités de la région. Pour démontrer au gouvernement fédéral que, même si les tours de communication sont de juridiction fédérale, l’aménagement du territoire doit rester une compétence municipale. La MRC a aussi remis à Otterburn Park un montant jusqu’à concurrence de 5000 $ devant L’ISDE et 10 000 $ devant la cour fédérale, par le biais de son fonds juridique.

Élection
Les membres du comité ont aussi réservé un accueil très chaleureux au député de Belœil–Chambly, Matthew Dubé, qui a effectué l’allée retour Ottawa-Otterburn Park pour assister à la conférence. Sous les applaudissements, le député du NPD a souligné la collaboration entre son bureau et la mairie d’Otterburn Park, malgré certains désaccords concernant la stratégie à prendre pour s’opposer à la tour. Soulignons que le député a invité les élus d’Otterburn Park à une rencontre avec une directrice de l’ISDE, mais les élus ont décliné l’invitation sous le conseil de leurs avocats. M. Dubé a toutefois souligné que l’offre d’une rencontre était toujours sur la table si la Ville devait changer d’idée.
M. Dubé s’est montré humble devant ses réalisations en soulignant que le dossier avait avancé surtout grâce à la mobilisation citoyenne, qui a fait « monter la température » auprès du ministère.
Invité à se prononcer sur la mobilisation citoyenne, le représentant du candidat bloquiste Yves-François Blanchette, Christian Picard, a souligné que le candidat et chef du Bloc québécois s’opposait aussi à la venue de la tour et qu’il joignait sa voix à celle des citoyens. La candidate libérale Marie-Chantal Hamel, plus prudente, a souligné qu’elle suivrait le dossier et qu’elle se questionnait sur les améliorations à apporter au processus de consultation. Elle a toutefois souligné qu’elle laisserait la cour trancher dans le dossier et elle espère que des solutions seront trouvées pour plaire à l’ensemble des partis impliqués.

Mouvement citoyen
Nadine Pesant, porte-parole du comité Ensemble contre Telus, a profité de la conférence pour revenir sur tout l’argumentaire de l’opposition. Principalement, les opposants en veulent d’abord à l’ISDE de ne pas être impartial dans le dossier, puisque c’est le même ministère qui vend les bandes passantes aux compagnies de télécommunication et qui octroie les permis aux entreprises, ce qui se traduit par un processus vicié avec apparence de conflit d’intérêts de la part des décideurs. Mme Pesant a aussi martelé le manque d’acceptabilité sociale du projet (en rappelant une pétition de 2000 noms), que le citoyen n’a pas été écouté par le gouvernement et que l’endroit choisi pour le moment, le boisé des Bosquets, est inadéquat. La biologiste d’Otterburn Park Hélène Godmaire, qui a aussi pris la parole, a rappelé que les Bosquets est le plus grand boisé urbain de la MRC, avec ses 35 hectares de forêts, dont 5 en milieu humide. « C’est un îlot de verdure, de fraîcheur et de biodiversité. On y trouve 500 arbres remarquables, dont plusieurs ont plus de 100 ans », a conclu Mme Godmaire.

image