18 mars 2020
Le Club de golf Belœil envisage une résidence pour aînés
Par: Sarah-Eve Charland

Photothèque | L’Œil Régional ©

Contrairement à ce qui est véhiculé parmi les citoyens, le projet d’habitation sur une parcelle de terrain du club de golf Belœil prendrait plutôt la forme d’une résidence pour personnes âgées. Le projet, piloté par les Habitations Mont-Royal, se veut écoresponsable et assurerait la conservation d’arbres.

Le regroupement de citoyens Sauvons le golf de Belœil affirme que le projet d’habitation serait la construction de 200 condominiums représentant un investissement de 7 M$. Selon le relationniste du Club de golf de Belœil, Steve Flanagan, il s’agit davantage d’une résidence pour aînés. L’investissement de 7 M$ représente plutôt la valeur de la vente de la parcelle de terrain (250 000 pieds carrés). Concernant le nombre de portes, il n’a pas été en mesure de confirmer ou d’infirmer l’information.

« C’est un projet qui se veut écoresponsable avec une certification LEED et qui va protéger son environnement comme, entre autres, la conservation des arbres le long du boulevard. Si on a à couper un arbre ou à en abimer un pour les besoins de construction, il sera remplacé deux fois. […] Ça va être beau. […] Il y aura une qualité de matériaux et une qualité visuelle dans le cadre de ce projet », assure M. Flanagan.

Ce dernier n’a pas été en mesure de confirmer la hauteur des bâtiments.

Résultats du sondage

Afin d’appuyer son projet, le Club de golf Belœil utilisera les résultats d’un sondage parmi son argumentaire. Le sondage s’est tenu entre le 12 février et le 2 mars auprès de 1000 répondants. Selon BIP Recherche, la marge d’erreur situe autour de 3 %.

La firme BIP Recherche a demandé aux 1000 répondants de se prononcer sur la meilleure solution pour préserver le Club de golf à long terme. Les répondants ont été favorables à 28 % à ce que la Ville de Belœil investisse de façon importante pour acheter le terrain, ce qui entraînerait, selon le sondage, une hausse du compte de taxes. De l’autre côté, 72 % ont préféré l’option concernant la vente de 5 % du terrain du golf pour assurer une pérennité au Club de golf sans toucher au compte de taxes des citoyens.

« L’option d’achat [du terrain] à 1 $ [le pied carré] est farfelue. […] C’est une option irréaliste. On pense que les appuis vont continuer d’augmenter. Déjà à 72 %, on voit qu’on a une acceptabilité sociale autour du projet. […] On n’a pas chiffré ici [l’augmentation du compte de taxes]. À partir du moment que les vrais chiffres vont circuler, d’après moi, le 28 % va fondre », croit M. Flanagan.

Le regroupement Sauvons le golf de Belœil avait aussi commandé un sondage qui a été réalisé par Léger Marketing. On a demandé : « dans ce contexte, à laquelle des options suivantes seriez-vous le plus favorable pour l’avenir du terrain de golf de Belœil? » Selon les résultats, 75 % des 500 répondants ont choisi de préserver le terrain de golf comme espace vert tel qu’il est actuellement, 21 % ont opté pour permettre une construction sur une partie du terrain de golf et 4 % ont répondu « Je ne sais pas ».

Ce résultat vient en contradiction avec le sondage du Club. Le relationniste ne s’en formalise pas. « À partir du moment où on laisse penser que finalement [l’achat du terrain] c’est sans frais et sans impact, les gens vont fortement manifester un appui de ce côté-là. D’ailleurs, on voit dans notre sondage qu’il y a une importance accordée à la survie du terrain de golf. Là où il y a consensus, c’est sur la protection de l’espace vert.

image