11 avril 2018
Le Cercle littéraire fait programme double  
Par: L'Oeil Régional
Michel Jean. Photo: Gracieuseté

Michel Jean. Photo: Gracieuseté

En avril le Cercle littéraire fait programme double à la bibliothèque Armand-Cardinal de Mont-Saint-Hilaire; le mercredi 18, il reçoit Mathieu-Robert Sauvé, biographe, et le lundi 30, il reçoit Michel Jean, journaliste-reporter innu, en reprise de la soirée annulée du 21 février dernier.

Le mercredi 18 avril, à 19h15, le Cercle littéraire Françoise-Loranger recevra Mathieu-Robert Sauvé, journaliste, qui en plus de son travail régulier au journal Forum, de l’Université de Montréal, a fait paraître des articles dans une quinzaine de publications québécoises. Il est l’auteur de quatre essais, Le Québec à l’âge ingrat, L’éthique et le fric, Le futur prêt-à-porter et Survivre! La science de l’évolution en un clin d’œil. Ont aussi paru dans la collection «Les grandes figures»: Joseph Casavant. Le facteur d’orgues romantique, Léo-Ernest Ouimet. L’homme aux grandes vues, Louis Hémon. Ainsi que Dr. Stanley Vollant: Mon chemin innu.
Le lundi 30 avril, à 19h15, le Cercle littéraire Françoise-Loranger accueillera Michel Jean, chef d’antenne, animateur et reporter d’enquête. Après un baccalauréat en histoire et sociologie et une maîtrise en histoire, il commence sa carrière à la radio avant de passer à la télévision. Radio-Nord (Rouyn-Noranda) puis Radio-Canada, Regina, où il deviendra courriériste parlementaire à l’Assemblée législative de la Saskatchewan. En 1995, chef d’antenne de Québec en direct à RDI, où il couvre pendant huit ans divers événements qui ont marqué le Québec. En 2002, il devient reporter national au Téléjournal/Le Point. Il publiera un premier ouvrage aux Éditions du Trécarré, JE – Le guide de survie du consommateur québécois, en 2007. Il fait paraître Envoyé spécial l’année suivante chez Stanké. Puis il se tournera vers la fiction, chez Libre Expression, avec Un monde mort comme la lune et Une vie à aimer. Avec Elle et nous en 2012, l’auteur livre un récit poignant inspiré de la vie de sa grand-mère. Suivront, La belle mélancolie (Libre expression,) et Amun (Stanké), un collectif d’auteurs autochtones de divers horizons et générations, publié sous sa direction.

image