22 novembre 2017
Mont-Saint-Hilaire
L’Association des citoyens a brisé la confiance du conseil, selon le maire
Par: Denis Bélanger

C'est le terrain de l'école qui a suscité des questionnements chez M. Nault, lesquels n'ont pas plus à M. Corriveau. Photo : Archives

L’Association des citoyens de Mont-Saint-Hilaire (ACMSH) pourrait perdre son siège sur le Comité sur l’avenir de la zone A-16 (CAZA-16) à la suite de l’élection de son ancien représentant, Louis Toner. Le maire Yves Corriveau estime que le lien de confiance s’est brisé à la suite d’une intervention du président de l’organisme, Pierre Nault.

Avant l’arrêt des travaux du comité et le début de la campagne électorale, Louis Toner représentait l’Association sur le comité. M. Toner a dû abandonner son poste sur le conseil d’administration puisqu’il se présentait aux élections municipales pour le parti Vision Citoyenne. Notons que le fondateur de Vision Citoyenne, Jean Pierre Bessette II, siégeait lui aussi au CA de l’ACMSH avant de se retirer pour les élections.

Élu comme conseiller municipal dans le district de la Montagne (6), Louis Toner pourra continuer le travail sur le CAZA-16, mais en tant qu’élu. Il prend la place du conseiller sortant, Jean-Pierre Brault. M. Toner siègera conséquemment au Comité consultatif ad hoc relatif à l’évaluation des orientations de développement et à l’intégration du plan métropolitain d’aménagement durable (CCPMAD).

Bien que l’élection de M. Toner laisse vacant un siège de citoyen, M. Corriveau a indiqué à la dernière séance du conseil municipal qu’il ne comptait pas pourvoir le siège libre. Le maire n’a pas digéré les propos qu’a tenus Pierre Nault en assemblée publique en septembre dernier concernant l’achat du terrain de la nouvelle école de la gare. M. Nault avait notamment dit à l’évaluateur retenu pour le dossier qu’il avait été très généreux dans son évaluation du terrain pour l’acquisItion.
«Ça reste difficile pour l’instant comme relation, surtout quand on essaie de nous faire mal paraître sur l’acquisition d’un terrain de l’école. Ce n’est pas la mission de l’association et c’est quasiment prendre parti dans une campagne», a souligné le maire Yves Corriveau. Ce dernier s’est quand même dit ouvert à essayer de revoir et discuter du dossier avec l’ACMSH.

Joint à la suite de la séance, Pierre Nault, a assuré au journal que son intervention du mois de septembre a été faite en son nom personnel, et non en tant que président de l’Association. Bien qu’il ait rappelé au début de son intervention en septembre qu’il était membre de l’ACMSH, il a indiqué plusieurs fois lors de son droit de parole qu’il donnait son opinion personnelle.

«J’ai toujours été un gars authentique. Je suis un homme d’affaires de la région, mon intégrité n’est pas à discuter. Si jamais je fais des interventions pour l’Association, je le fais avec un appui officiel et formel du C.A. La plupart des interventions sont fait en mon nom personnel, renchérit M. Nault. C’est une question d’obligation sociale et morale qu’un siège (sur le CAZA-16) revienne à l’Association.»

Le maire n’a toutefois pas fait référence au déroulement de la signature de registre de règlements d’urbanisme. L’ACMSH avait lancé un appel à la population pour forcer la tenue d’un référendum. Finalement, le nombre de signatures avait été insuffisant. L’Œil Régional avait demandé à la suite de cet épisode au maire Corriveau s’il remettrait en cause la participation de l’ACMSH au CAZA-16. Il avait alors répondu qu’il en était rendu à cette réflexion. n

image