19 juin 2021
La zone jaune sourit aux clubs sportifs
Par: Denis Bélanger

Un total de 25 équipes provenant de 15 villes du Québec prendra part au tournoi. Photothèque | L’OEil Régional ©Photothèque | L’OEil Régional ©

Les différentes organisations sportives de la région s’activent depuis plusieurs semaines déjà pour préparer la prochaine saison. Le passage de plusieurs régions en zone jaune lundi donne plus de possibilités pour les différents sports d’été.

Publicité
Activer le son

Les organisations de baseball avaient un large sourire lundi, car elles ont pu tenir leurs premières parties. En zone orange ou rouge, les jeunes ne pouvaient pas pratiquer de situations de jeux comme la souricière. Un receveur ne pouvait pas non plus se trouver derrière un frappeur. On installait un filet derrière le frappeur. Les joueurs pouvaient néanmoins se lancer la balle.

« Là, ça ressemble quasiment à 2019. Les différences sont que l’arbitre derrière le marbre est positionné à un autre endroit et chaque équipe a ses propres balles », souligne la présidente de l’Association de baseball de Mont-Saint-Hilaire/Otterburn Park (ABMO).

Les joueurs sur le terrain peuvent laisser tomber le masque, mais devront respecter la distanciation sur le banc. L’ABMO demande de plus aux parents de ne pas s’asseoir pour l’instant dans les estrades. « Le terrain est situé dans un parc public. Les parents peuvent s’approcher en respectant la distanciation pour éviter que tous se retrouvent dans un tapon. »

Des parties de soccer

Le Club de soccer de la Vallée-du-Richelieu (CSVR) peut aussi, depuis lundi, tenir des matchs. L’organisation a attendu le 14 juin pour lancer les activités du secteur récréatif des catégories U9 à U16. « Ce sont des catégories qui aiment surtout jouer des matchs, donc c’était stratégique d’attendre ce moment pour commencer », souligne le coordonnateur général par intérim Guillaume Duhamel.

Les activités des plus jeunes, soit U4 à U6, ont aussi débuté récemment. « Nous avions eu autour de 400 inscriptions. Nous avons attendu jusqu’au 12 juin, car nous étions limités à huit joueurs par groupe. Avec le nombre d’inscriptions, ça aurait nécessité une cinquantaine de groupes et de trouver beaucoup plus de bénévoles pour tout ce monde-là », renchérit M. Duhamel.

Les équipes du secteur compétitif avaient commencé à s’entraîner depuis un bon moment déjà.

Remise d’équipement

Le passage de la Montérégie en zone jaune donne aussi beaucoup de marge de manœuvre à l’organisation de football des Pirates du Richelieu. Les responsables ont commencé à remettre l’équipement et peuvent ainsi pratiquer toutes les situations de match possibles sur le terrain. Les options étaient plus limitées en zone rouge et orange. Les jeunes pouvaient se lancer des ballons et frapper dans un coussin. Ils ne pouvaient toutefois pas se plaquer.

« Nous avons commencé en douceur il y a plus d’un mois. D’abord, par les plus vieux pour des séances de remises en forme. Nous avons suivi tranquillement avec les catégories suivantes », commente le président du conseil d’administration Cédric Rioux.

Les jeunes pourront enlever sur le terrain le masque, qui était obligatoire en tout temps durant une séance d’entraînement en zone rouge et orange.

Les parents pourront de leur côté regarder de plus près leurs jeunes pour les pratiques. La saison régulière ne commencera qu’en août. En zone orange, ils devaient rester en arrière de la clôture du terrain synthétique à l’école secondaire Polybel. « Les consignes qu’on a sont que ce n’est pas recommandé. Mais si les parents, pas les amis ou d’autres membres de la famille, veulent s’approcher, ils pourront le faire pourvu que la distanciation soit respectée ou qu’ils portent un masque le cas échant. »

Bateaux d’équipe permis

Pour le Club de canotage d’Otterburn, la zone jaune permet d’utiliser que les embarcations à deux et quatre places. Les plus jeunes pagayeurs pourront donc commencer à se pratiquer sur la rivière Richelieu.

« Seulement les plus vieux, soit à partir de midget, avaient commencé à s’entraîner seuls. Les plus jeunes commencent dans les bateaux d’équipe, car l’eau est froide et ils n’ont pas encore le contrôle de l’embarcation. Les bateaux-dragons et les canots de guerre, qui contiennent plus de gens, ne sont pas permis à part dans un contexte de bulle comme ce fut le cas avec les écoles », explique la directrice générale Sophie Langlois.

Du côté du port du masque, il n’est obligatoire que sur terre. Dans l’eau, les athlètes l’enlèvent. Le Club se prépare aussi à un été de compétitions. Une régate est prévue à Otterburn Park le 3 juillet, mais rien n’est encore coulé dans le béton. « Il faut attendre que la région soit en zone verte et faudra voir quelles sont alors les directives. »

image