21 mars 2019
Grogne autour de la politique culturelle de Mont-Saint-Hilaire
La Ville va réajuster le tir
Par: Denis Bélanger

André Michel, au micro, entouré de membres du RAP lors du dépôt des Actes du Forum de la culture. Photothèque | L’Œil Régional ©

L’adoption par les élus de la politique de développement de la culture et du tourisme de la Ville de Mont-Saint-Hilaire, le 4 mars, a soulevé le mécontentement de quelques membres du Regroupement des artistes professionnels (RAP) qui auraient souhaité que son contenu soit d’abord validé par les acteurs du milieu. À la suite de ces commentaires, la municipalité a décidé de corriger le tir et d’ajouter un processus de validation.

André Michel, le président du RAP, a envoyé une lettre aux élus pour partager sa déception. « En 2016, organisé par le RAP en présence de plus de 80 intervenants du milieu culturel, s’est tenu avec succès le Forum de la culture. Une activité démocratique, sans influence politique puisqu’il était interdit aux élus, à qui nous avions demandé de rester en arrière pour suivre les débats, de s’asseoir aux tables de discussions. L’unanimité a été faite pour une révision de la Politique de développement culturel et il était bien écrit “en collaboration avec le milieu, et non seulement par le Comité consultatif de la culture”. »

De son côté, Jocelyn Fiset a tenu des propos similaires. « Les gens du comité ne nous sont jamais revenus sur ce qui avait été transmis du Forum de la Culture. Habituellement, dans des politiques de la sorte, il y a un retour pour faire valider par le milieu. »

Réal Calder a pour sa part demandé à la municipalité qu’elle publie en ligne le contenu de la politique. « J’ai aussi demandé comment l’administration municipale peut avoir fait une politique sans consulter le milieu. Là, on ignore complètement le contenu de la politique. »

La municipalité s’ajuste
C’est le maire Yves Corriveau qui a confirmé que la municipalité ferait finalement valider la politique. Il déplore toutefois que la remarque n’arrive toutefois qu’à cette étape-ci, estimant que les acteurs du milieu culturel auraient pu lever la main bien avant.

« Ça fait un an que nous disons que nous allons déposer la politique d’une semaine à l’autre, ajoute l’élu. Nous avons présenté le processus de la politique et personne n’a rien dit à cet effet. Nous avions tenu pour acquis que c’était correct. Si quelqu’un nous avait dit d’ajouter un processus de validation, on aurait dit oui. »

image